mardi 4 octobre 2022
Accueil > A la UNE > Agressions contre Ghaza : 12 violations contre les journalistes palestiniens

Agressions contre Ghaza : 12 violations contre les journalistes palestiniens

Au total, 12 violations contre les journalistes palestiniens ont été enregistrées lors de la récente agression sioniste contre la bande de Ghaza, rapporte samedi, l’agence palestinienne de presse, Wafa.

L’agression militaire sioniste qui a duré trois jours (de vendredi à dimanche), ciblant entre autres, un bâtiment au centre de l’enclave palestinienne, a fait également 49 martyrs, dont 17 enfants, tandis que 360 personnes ont été blessées, selon les autorités palestiniennes locales.

Selon Wafa, ce bâtiment comptait plusieurs sièges de médias, tels que: le siège du journal d’Al-Ayam, de la société « Media Groupe », du centre de médias de la jeunesse, la société de production et de services de médias, et la radio « Ghaza FM », entre autres.

Le 7 août, une journaliste palestinienne a été blessée lors d’un raid arien au Nord de la bande de Ghaza.

L’agression sioniste a également causé de grandes pertes affectant les réseaux d’internet, outre ceux de l’alimentation en eau.

Juillet dernier, quelque 21 agressions sionistes contre des journalistes palestiniens ont été documentées, selon un décompte de Wafa, qui avait dénoncé une « violation flagrante » du droit international.

Entre le 1 janvier et le 30 juin derniers, les agressions sionistes contre les journalistes s’élevaient à 147 selon l’agence de presse palestinienne, soulignant que le premier semestre de cette année a été témoin d’une escalade contre les professionnels des médias, contrairement à ce qui est garanti par les textes du droit international humanitaire.

A cet effet, WAFA a appelé les institutions des droits de l’homme et des syndicats et Fédérations de presse, arabes et internationales à prendre une position « sérieuse » pour mettre fin à cette « escalade dangereuse », par la tenue de campagnes internationales de soutien aux journalistes palestiniens, ciblés par des tirs de balles réelles ou recouvertes de caoutchouc, du gaz lacrymogène, outre les agressions physiques et arrestations arbitraires par les forces de l’occupation sionistes qui veulent faire taire les voix du peuple palestinien.