mardi 27 février 2024
Accueil > A la UNE > Coup d’État au Niger : au Nigeria, deux sommets pour tenter de contraindre la junte à rendre le pouvoir

Coup d’État au Niger : au Nigeria, deux sommets pour tenter de contraindre la junte à rendre le pouvoir

Deux sommets « spéciaux » sont organisés ce dimanche dans la capitale nigériane pour évoquer la situation au Niger. Les chefs d’États de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) et de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) se réunissent. L’objectif affiché est de contraindre le nouvel homme fort proclamé du pays, le général Tchiani, à rendre le pouvoir. 

Un nombre record de chefs d’État de la sous-région sont attendus au double sommet d’Abuja. Parmi eux sont déjà annoncés l’Ivoirien Alassane Ouattara et le Sénégalais Macky Sall… Ce sont les chefs d’État de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) qui vont se réunir dans un premier temps. Le dirigeant nigérien renversé est le président en exercice de l’organisation. On s’attend à une suspension du Niger et probablement à l’annonce de mesures pour contraindre la junte de Niamey à libérer le président Mohamed Bazoum et à rendre le pouvoir.

Suivra le sommet de la Cédéao. Mahamat Déby dont le pays n’est pas membre de la Cédéao est également invité. Le Tchad partage une frontière commune avec le Nigeria, mais également avec le Niger. C’est peut-être une indication de ce qui sera au cœur des débats.

Bola Tinubu à la manœuvre

À la veille du sommet d’Abuja, dans plusieurs capitales de la sous-région, le discours était clair : ne pas entériner le coup d’État et montrer plus que les muscles si nécessaire. Lorsqu’il prenait la tête, il y a quelques semaines la tête l’organisation sous-régionale, le président nigérian Bola Tinubu a été clair : pour prendre le pouvoir, il faut aller aux élections. Les coups d’États ne passeront plus.

Bola Ahmed Tinubu sera bien la voix principale de ce sommet, observe notre correspondant à Abuja. Quels mots préliminaires va-t-il prononcer en introduction au sommet ? Sera-t-il dans un rôle d’animation des débats ? Ou bien sera-t-il une locomotive pour impulser des décisions fortes ? Depuis son investiture, Bola Ahmed Tinubu répète sur tous les tons : « Le Nigeria est de retour. »

De son côté, à Niamey, le général Tchiani, cerveau du putsch, a réagi à l’annonce d’un sommet de la Cédéao. Samedi, à la télévision nationale, un porte-parole de la junte a lu un communiqué du général Tchiani dans lequel il a dit soupçonner la Cédéao de « préparer un plan d’agression contre le Niger ».

S. D.