mercredi 22 mai 2024
Accueil > A la UNE > Guerre Israël-Hamas : « Notre cœur, ce soir, est à Bethléem» , dit le pape François

Guerre Israël-Hamas : « Notre cœur, ce soir, est à Bethléem» , dit le pape François

L’armée israélienne a intensifié ses opérations dans toute la bande de Gaza, où la situation humanitaire déjà critique continue de se détériorer ce dimanche 24 décembre. En Cisjordanie occupée, les célébrations de Noël sont lestées d’un voile de deuil. « Notre cœur, ce soir, est à Bethléem », a déclaré ce dimanche soir le pape François lors de la messe de Noël.

■ Dimanche soir, le ministère de la Santé du Hamas a annoncé qu’une frappe israélienne sur le camp de réfugiés d’al-Maghazi dans le centre de la bande de Gaza avait fait au moins 70 morts. Plus tôt dans la journée, le dernier bilan du gouvernement du Hamas était de 20 424 Palestiniens tuésdans les attaques israéliennes sur Gaza depuis le début de l’opération israélienne, et plus de 54 000 personnes blessées. Par elles, 70% des victimes seraient des femmes et des mineurs. 1 140 personnes ont été tuées lors de l’attaque du Hamas du 7 octobre, selon les données fournies par le gouvernement israélien. L’armée israélienne a affirmé jeudi avoir tué plus de 2 000 combattants palestiniens depuis la fin de la trêve début décembre. Enfin, 129 otages sont toujours retenus dans la bande de Gaza.

■ L’armée israélienne annonce la mort de cinq otages, retrouvés dans les tunnels de Gaza

■ À Bethléem, en Cisjordanie occupée, les célébrations de Noël ont été annulées, réduites au strict minimum, en solidarité avec  Gaza. « Notre cœur, ce soir, est à Bethléem », a déclaré dimanche soir le pape François lors de la messe de Noël au Vatican, alors que celle ville – où est né le Christ selon la tradition – a été désertée par les pèlerins cette année et a annulé la majorité des célébrations de Noël en raison de la guerre.

■ Après plusieurs reports consécutifs, un texte duConseil de sécurité de l’ONU a été approuvé à New York. Son contenu a été vidé d’une partie de sa substance, notamment de l’exigence d’un cessez-le-feu.

M. B.