mercredi 22 mai 2024
Accueil > A la UNE > À Gaza, des images de Palestiniens arrêtés et dénudés choquent et posent question

À Gaza, des images de Palestiniens arrêtés et dénudés choquent et posent question

Ces images ont fait surface jeudi sur les réseaux sociaux et diffusées par plusieurs médias. L’armée israélienne n’a pas répondu aux accusations de mauvais traitements.

Alors que d’intenses combats urbains faisaient rage ce vendredi 8 décembre dans et autour des plus grandes villes de la bande de Gaza, des images encore jamais vues du conflit ont fait surface. Jeudi soir, les chaînes de télévision israéliennes ont diffusé des vidéos montrant des dizaines de Palestiniens en sous-vêtements, les yeux bandés, sous la garde de soldats israéliens dans l’enclave palestinienne, provoquant une vive polémique sur les réseaux sociaux.

Ces hommes ont été contraints de se déshabiller, de s’agenouiller dans la rue. Ils ont aussi été filmés entassés dans les bennes de véhicules militaires.

Le reportage de la chaîne anglaise précise qu’on ne sait pas si ces personnes se sont rendues, ou ont été arrêtées, par l’armée israélienne, avant d’être interrogés. Selon le journaliste de la BBC, des diplomates palestiniens ont qualifié ces images de « barbares » (« savages » en anglais) en termes de traitement des personnes arrêtées et dénudées.

Les médias israéliens ont de leur côté présenté ces images comme la reddition de membres du Hamas. « Nous enquêtons et vérifions qui est lié au (mouvement islamiste palestinien) Hamas et qui ne l’est pas », a commenté l’armée israélienne alors que des soldats de Tsahal traquent « des terroristes qui se cachent encore dans (des) tunnels comme des lâches », a indiqué Daniel Hagari, le porte-parole de l’armée israélienne, sans répondre aux accusations de mauvais traitements de prisonniers.

Un journaliste arrêté

Sur une autre séquence, que l’AFP n’a pas été en mesure de vérifier, un groupe d’hommes ont les yeux bandés, assis au milieu d’une carrière, les mains liées derrière le dos, surveillés par des soldats israéliens.

Parmi les hommes arrêtés, des témoins, journalistes et proches ont reconnu le reporter Diaa Al-Kahlout, correspondant à Gaza du média The New Arab. Ce site d’information basé à Londres a indiqué « que l’occupation israélienne a arrêté des dizaines de Gazaouis, dont le correspondant de The New Arab dans la bande de Gaza », sur X.

Un article paru dans la publication anglophone de The New Arab précise que leur journaliste fait partie « des dizaines d’habitants de Gaza arrêtés par l’armée israélienne à Gaza et (qui) ont été forcés à se déshabiller ». Puis, ils ont été « fouillés et humiliés avant d’être emmenés vers un lieu inconnu », selon des témoins oculaires, ajoute le site.

Par ailleurs, CNN a pu s’entretenir avec un proche des hommes détenus, depuis son domicile aux États-Unis. Sur les images, il a reconnu son frère et un cousin. « Les forces israéliennes sont arrivées dans la rue et ont appelé tous les hommes à sortir, et ils ont obtempéré », a notamment raconté Hani al-Madhoun à la chaîne américaine.

Des campagnes d’arrestations aléatoires

Dans un communiqué, l’Observatoire Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme a déclaré que « l’armée israélienne a détenu et gravement maltraité des dizaines de civils palestiniens » dans le nord de la bande de Gaza, après avoir encerclé pendant des jours deux centres d’hébergement dans la ville de Beit Lahia.

L’ONG a aussi reçu des informations selon lesquelles les forces israéliennes ont lancé des campagnes d’arrestations aléatoires et arbitraires contre des personnes déplacées, notamment des médecins, des universitaires, des journalistes et des personnes âgées.

B. M.