mardi 4 octobre 2022
Accueil > A la UNE > Agression sur des estivants à Tipasa : deux personnes condamnées à 5 et 4 ans de prison

Agression sur des estivants à Tipasa : deux personnes condamnées à 5 et 4 ans de prison

Le tribunal de Tipasa a condamné deux personnes à 5 et 4 ans de prison ferme pour l’agression physique d’estivants, et pour la création d’un parking anarchique, a-t-on appris mercredi de la Cour de justice de Tipasa.

Le tribunal de Tipasa a traité durant cette semaine, une affaire d’agression physique sur des estivants, dont des femmes, parallèlement et la création d’un parking sans autorisation.

L’application des procédures de comparution immédiate dans cette affaire a permis la condamnation de deux prévenus, récidivistes, à des peines respectives de 5 et 4 ans de prison ferme, est-il ajouté dans un communiqué rendu public par cette instance judiciaire.

Selon le même document, cette affaire fait suite au dépôt d’une plainte, au niveau de la 4e sûreté urbaine de Chenoua, dans laquelle une famille de vacanciers s’est dite avoir été victime d’une agression physique avec usage d’arme blanche, à la plage de Chenoua (Ouest).

Suite à quoi une enquête a été ouverte par le parquet du tribunal de Tipasa, ayant permis l’arrestation des mis en cause, à l’encontre desquels une procédure judiciaire a été engagée, pour « exploitation d’un parking sans autorisation », et « coups et blessures volontaires avec usage d’arme blanche, suivis de destruction volontaire des biens d’autrui ».

Les deux prévenus ont été déférés devant le parquet du tribunal de Tipasa, qui a renvoyé l’affaire en jugement, le même jour, en application des procédures de comparution immédiate, est-il précisé de même source.

Cette affaire s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la création de parkings anarchiques sur les plages et l’imposition de sommes d’argent aux estivants pour l’accès aux plages.

A noter, les services de la police assurent la surveillance de 10 plages autorisées à la baignade dans la wilaya, tandis que la gendarmerie nationale est chargée de la surveillance de 40 autres plages.

APS