jeudi 18 juillet 2024
Accueil > A la UNE > #blockout2024 prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux français

#blockout2024 prend de l’ampleur sur les réseaux sociaux français

Le mouvement dénommé blockout2024 appelle les internautes à se désabonner des réseaux sociaux des influenceurs et à bloquer les comptes des personnalités publiques qui ne prennent pas clairement position en faveur de la cause palestinienne. Nées aux États-Unis, ces opérations de boycott en ligne débarquent en France.

Le mot clef blockout2024 est apparu le 6 mai dernier à New York pendant le prestigieux Met Gala. Cet événement invite des célébrités du cinéma, de la musique ou du Web à venir défiler sur un tapis rouge dans des costumes extravagants. L’objectif de ce rendez-vous annuel est d’obtenir des dons afin de soutenir le Costume Institute Met Gala qui abritent la plus vaste collection des tenues historiques des créateurs de mode, au monde.

Mais, hasard du calendrier, des manifestants défilaient non loin du Met Gala pour réclamer la fin des bombardements sur Gaza et l’envoi d’une aide humanitaire aux civils palestiniens. Les débauches de strass et de paillettes du Met gala, diffusées en direct sur les réseaux sociaux au même moment que les manifestations, ont eu le don d’exaspérer les internautes. Notamment, quand ils ont découvert les propos tenus par le mannequin Haley « Baylee » dans une vidéo sur TikTok.

L’influenceuse, endimanchée dans une robe digne du château de Versailles, lançait à la cantonade la célèbre « citation », qui est faussement attribuée à la reine de France, Marie-Antoinette : « S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ». Des propos qui étaient sans lien avec le conflit israélo-palestinien, mais immédiatement assez mal perçus par les internautes.

La « guillotine numérique » s’abat sur la tête des célébrités

Les internautes, qui exigent que ces personnalités défilant au Met Gala se positionnent clairement en faveur des Palestiniens, créent alors le mouvement #blockout2024. Il incite les internautes à ne plus suivre les réseaux sociaux des célébrités indifférentes au sort des Gazaouis. En partant des États-Unis, les appels au boycott ont fini par débarquer en France. La page Instagram blockout2024 de l’Hexagone et celles qui ont été créées sur TikTok rassemblent environ 50 000 abonnés. « Bloquer les célébrités empêche les algorithmes d’afficher leurs contenus dans les fils d’actualité. Ce qui permet de réduire leur audience, et donc leurs revenus », précisent ces comptes sociaux gérés par des internautes anonymes.

Une liste de plus de 250 personnalités à « bloquer » circule en ligne

Parmi les cibles désignées se trouvent, par exemple, la chanteuse Zazie, l’astronaute Thomas Pesquet ou encore des sportifs comme Kylian Mbappé ou Zinédine Zidane. L’efficacité de ces appels au boycott reste pour l’instant assez modérée, estime l’agence d’Influence Marketing, Reech, qui comptabilise approximativement 5 000 abonnés en moins pour l’humoriste Jamel Debouzze, ou encore 2 500 pour l’animateur Cyril Hanouna. Une goutte d’eau pour ces célébrités qui revendiquent des millions de suiveurs en ligne. En revanche, plus de 50 000 internautes se sont désabonnés du footballeur Antoine Griezmann.

Toutefois, certains influenceurs figurant sur la liste blockout2024, affichent désormais des contenus en faveur de la Palestine. Notamment, ce cliché partagé plus de 40 millions de fois sur Instagram qui montre un camp de déplacés gazaouis, dont les tentes, au centre de l’image, forment la phrase « All Eyes On Rafah », c’est-à-dire « Tous les yeux sont tournés vers Rafah ». Générée par IA, la photo a été créée par un photographe en Malaisie, trois jours après la frappe israélienne sur un camp de réfugiés à Gaza.

M. B.