dimanche 5 février 2023
Accueil > A la UNE > Coupe du monde 2022 : polémique après une altercation entre Samuel Eto’o et un youtubeur algérien

Coupe du monde 2022 : polémique après une altercation entre Samuel Eto’o et un youtubeur algérien

Une vidéo montrant l’ancien footballeur Samuel Eto’o, désormais président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), frappant un youtubeur algérien après le match Brésil-Corée du Sud, lundi 5 décembre à Doha, est devenue virale sur les réseaux sociaux.

La scène se déroule au stade 974 de Doha, à la sortie du match des huitièmes de finale du Mondial 2022 au Qatar, entre le Brésil et Corée du Sud (4-1), lundi soir. Les images montrent Samuel Eto’o frapper sèchement d’un coup de genou au visage un caméraman algérien, tombé à la renverse. Celui-ci, identifié comme Sadouni SM, compte quelque 66 000 abonnés sur la plateforme de vidéos en ligne YouTube.

L’ancien joueur du FC Barcelone et de l’Inter Milan, qui est également ambassadeur du comité d’organisation du Mondial qatarien, était entouré de plusieurs personnes qui n’ont pu le retenir malgré leurs efforts.

Au début de la vidéo, d’une durée de 57 secondes, Samuel Eto’o accorde des selfies à des fans avant d’être interpellé par le youtubeur, dont on ne distingue pas la question, mais qu’on entend clairement prononcer : « Gassama ! Gassama ! ».

Sadouni SM évoque l’arbitre gambien Bakary Gassama, qui a officié lors du match retour du barrage Algérie-Cameroun du 29 mars dernier. Au bout du temps additionnel, en prolongation, les Lions indomptables avaient battu les Fennecs (2-1) et arraché leur qualification pour la Coupe du monde, au détriment de leurs adversaires. Après l’élimination, des soupçons de corruption avaient fleuri en Algérie.

Eto’o s’excuse et tire la sonnette d’alarme

Dans une autre vidéo face caméra et postée mardi 6 décembre, Sadouni SM explique être « au poste de police pour l’enquête » et affirme que Samuel Eto’o a « détruit » sa caméra et son microphone et l’a frappé au menton.

Un responsable de la Fecafoot a indiqué à l’AFP, mardi dans la matinée, que cette dernière ne souhaitait pas réagir. Cependant, un peu plus tard dans la journée, Samuel Eto’o a tenu à présenter ses excuses « au public » en postant un tweet sur son compte officiel. Le président de la Fecafoot « regrette » d’avoir « perdu » son « sang froid » et s’engage « à continuer de résister aux provocations incessantes et au harcèlement quotidien des certains supporters Algériens ».

En outre, Samuel Eto’o « demande aux autorités algériennes et la fédération sœur d’Algérie de prendre leurs responsabilités pour mettre un terme à ce climat délétère avant qu’un drame plus grave ne se produise ».

Mohammed Bessaïah