jeudi 25 juillet 2024
Accueil > A la UNE > Ericsson Day 2024 / Importance pour l’Algérie de réussir sa transformation numérique soulignée par Bibi Triki

Ericsson Day 2024 / Importance pour l’Algérie de réussir sa transformation numérique soulignée par Bibi Triki

Organisée autour du thème « Apports de la numérisation à l’écosystème, qualité de l’internet et arrivée de la 5G », cette nouvelle édition de l’Ericsson Day a regroupé mardi 23 Janvier à l’hôtel Sofitel d’Alger, des officiels, des représentants du domaine de la numérisation, de l’enseignement technologique, des investisseurs dans la digitalisation, ainsi que des experts d’Ericsson.

A cette rencontre, étaient présents les ministres de la poste et des télécommunications, de l’économie de la connaissance, des start-ups et des microentreprises, respectivement MM. Karim Bibi Triki et Yacine el Mahdi Oualid ainsi que S.E.M Björn Häggmark, Ambassadeur de Suède en Algérie.

M. Baba Triki a mis en exergue l’importance de réussir cette transformation numérique en fédérant les efforts de toutes les parties prenantes (institutions, opérateurs et équipementiers) en vue de réaliser le plan d’action ambitieux tracé en 2020, dans le cadre de la mise en œuvre des engagements du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune.

A l’occasion d’une rencontre sur « les avancées de la connectivité et du très haut débit dans le monde et l’impact de la progression rapide de la digitalisation en Algérie », thème de l’édition 2024 de l’Ericsson Day, il a relevé « les progrès réalisés par l’Algérie dans le cadre de la modernisation et du développement des infrastructures des technologies de l’information et de la communication notamment de l’internet ».

De son côté, le ministre de l’Economie de la connaissance, des Start-up et des Micro-entreprises, Yacine El Mehdi Walid, a salué l’organisation de cette rencontre « qui permet d’évaluer les progrès de l’Algérie en matière de développement des TIC ».

Il a indiqué que « l’accélération de la réalisation d’infrastructures TIC a permis la mise en place d’un écosystème plus favorable au développement des start-up ».

Le président directeur général d’Ericsson France, Benelux, Algérie et Tunisie, Christian Leon, a indiqué que « la transformation digitale permet aux entreprises non seulement de développer leurs produits, leurs services et leur productivité mais aussi d’assurer leur compétitivité et de renforcer leurs perspectives de bénéfices ».

Pour sa part, l’ambassadeur de Suède en Algérie, M. Björn Häggmark a, dans son discours, défini les contours des TIC, dont voici des extraits :

Les TIC et la numérisation prennent une place de plus en plus importante dans la vie quotidienne partout dans le monde – au foyer, au travail, à l’école, dans la vie citoyenne ainsi que pour les loisirs. Permettez-mois de saluer les efforts et le progrès de l’Algérie en créant des conditions favorables en Algérie pour les communications et la numérisation.

Selon les classements internationaux, la Suède est l’un des pays les plus innovants au monde. Ericsson en est l’une des raisons. Depuis la création de l’entreprise en 1876, Ericsson a mené des développements dans le domaine des télécommunications et a créé des changements technologiques à l’échelle mondiale.

Ericsson est très tôt devenue une entreprise présente sur de nombreux continents et dans de nombreux pays. Ericsson fait preuve chaque jour comment les employés répandus dans le monde entier coopèrent et développent les produits et services de l’entreprise.

En tant qu’ambassadeur de la Suède, je suis fier de la position de leader d’Ericsson dans son secteur et de l’approche de l’entreprise entre autres par l’éthique dans les affaires, la coopération avec le monde universitaire et les efforts pour soutenir les start-ups. Je me réjouis également que Ericsson Algérie, avec d’autres entreprises suédoises et l’Ambassade, participe au Cercle d’affaires algéro-suédois, le CAAS. L’expérience et les solutions d’Ericsson Algérie inspirent le CAAS, par exemple en matière de coopération avec les établissements d’enseignement supérieur.

Ont également participé des représentants des instances du numérique, du régulateur, des opérateurs mobiles, des startups, des universités ainsi que les entreprises suédoises, venus assister au débat autour du développement digital et de la numérisation mais aussi aux démonstrations d’Ericsson sur le sujet.

Le monde assiste aujourd’hui à l’avancée de la digitalisation qui touche désormais de plus en plus de secteurs, ouvrant la voie à de nouvelles opportunités grâce à la connectivité et au très haut débit.

Après un rapide état des lieux sur l’accélération de la transition numérique par la généralisation de l’usage des TIC notamment dans les administrations et les services publics, ainsi que la gouvernance du secteur économique, les participants aux deux tables rondes ont partagé les retours d’expérience que l’on peut avoir dans différents secteurs comme l’industrie ou encore l’enseignement et quels sont les leviers qui peuvent faire accélérer le processus.

Le dernier rapport sur la Mobilité dans le monde d’Ericsson

En effet en matière de progression de la connectivité, le dernier rapport sur la mobilité d’Ericsson révèle qu’un cinquième de tous les abonnements mobiles dans le monde seront des abonnements 5G d’ici la fin de 2023, la croissance s’avérant résiliente malgré les défis économiques continus et les troubles géopolitiques sur certains marchés.

Il y a eu ainsi 1,6 milliard abonnements 5G pour l’année 2023, environ 100 millions de plus que ce qui avait été prévu précédemment. La couverture mondiale de la population en bande moyenne 5G est actuellement supérieure à 40 %, en augmentation par rapport à la couverture de 30 % enregistrée en 2022.

Le trafic mondial de données mobiles devrait tripler en six ans et la consommation moyenne mondiale de données par smartphone devrait passer de 21 Go/mois à 56 Go/mois entre 2023 et 2029.

Les chiffres du rapport sur la mobilité dans la région MENA

Par ailleurs, au Moyen-Orient et Afrique du Nord, le rapport sur la mobilité d’Ericsson prévoit que le nombre total d’abonnements mobiles augmentera de 2,4 % par an, passant de 740 millions en 2023 à 850 millions en 2029. Les abonnements 4G représenteront 54 % d’ici 2029, tandis que les abonnements 5G devraient enregistrer la plus forte croissance de la période, à 41 %, passant de 44 millions d’abonnements en 2023 à 350 millions en 2029, pour représenter environ 40 % du total des abonnements d’ici 2029.

La croissance de l’industrie des télécommunications reste forte au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, les fournisseurs de services devant proposer de plus en plus de solutions telles que les services financiers mobiles et l’accès fixe sans fil (FWA).

La région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord devrait également connaître une croissance significative du trafic de données mobiles, avec un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 23 % prévu entre 2023 et 2029. Le trafic 4G devrait être le principal moteur de la croissance, l’utilisation mensuelle de données par smartphone devant atteindre 45 Go d’ici 2029, soit une augmentation annuelle de 17 %.

Mohammed Bessaïah