lundi 6 février 2023
Accueil > A la UNE > Etats-Unis : les Archives nationales rendent publics des milliers de documents sur l’assassinat de John F. Kennedy

Etats-Unis : les Archives nationales rendent publics des milliers de documents sur l’assassinat de John F. Kennedy

Citant des inquiétudes concernant la sécurité nationale, la Maison Blanche a bloqué la publication de milliers d’autres archives.

Les Archives nationales américaines dévoilent un peu plus leurs secrets. Jeudi 15 décembre, elles ont rendu publics quelque 13 000 documents liés à l’assassinat du président John F. Kennedy, en 1963. Désormais, 97% des environ cinq millions de pages du dossier sont accessibles, alors qu’un lot d’archives sur cette affaire avait déjà été déclassifié, en décembre 2021.

Dans une note de la Maison Blanche, Joe Biden a cependant fait savoir qu’un nombre « limité » de documents ne pourraient pas être rendus publics. Une mesure « nécessaire » afin de « prévenir des dommages sur la défense militaire, les opérations de renseignement, les forces de l’ordre ou la politique étrangère », a expliqué le président démocrate.

En 2017, Donald Trump avait également rendu publics des dossiers dans cette affaire, conformément à une loi du Congrès de 1992 exigeant que tous les documents liés au président Kennedy soient publiés dans les 25 ans.

Une affaire qui alimente de nombreuses théories 

L’assassinat du très populaire président américain, le 22 novembre 1963 à Dallas, au Texas, a donné lieu à de nombreuses théories complotistes, alimentées par des centaines de livres et de films comme celui d’Oliver Stone, JFK (1991). Elles rejettent les conclusions de la commission d’enquête dite « commission Warren » qui avait déterminé, en 1964, que Lee Harvey Oswald, un ancien Marine ayant vécu en Union soviétique, avait agi seul dans l’assassinat du président Kennedy. Il avait été tué deux jours après.

Certains pensent qu’Oswald a été utilisé par Cuba ou l’URSS. D’autres estiment que l’assassinat a été commandité par l’opposition anticastriste cubaine avec le soutien des services secrets américains et du FBI, ou par des opposants à JFK aux Etats-Unis.

Mohammed Bessaïah