vendredi 9 décembre 2022
Accueil > A la UNE > États-Unis : l’ouragan Ian pourrait être «le plus meurtrier de l’histoire de la Floride»

États-Unis : l’ouragan Ian pourrait être «le plus meurtrier de l’histoire de la Floride»

Au lendemain du passage de l’ouragan Ian, le sud de la Floride découvre l’ampleur des dégâts qualifiés d’« historiques » par le gouverneur Ron DeSantis. Plus de 2,6 millions de foyers sont sans électricité. Et selon Joe Biden, l’ouragan pourrait avoir fait de nombreuses victimes. Mais aucun bilan humain n’est encore établi avec certitude. 

Pendant le passage de l’ouragan, les secours ont reçu des milliers d’appels de détresse d’habitants qui avait préféré ne pas suivre l’ordre d’évacuation. Certains se sont retrouvés pris au piège dans leurs maisons par la brusque montée des eaux jusqu’à 4 mètres par endroit. Mais ces appels sont restés sans réponse parce qu’il était trop dangereux même pour les secours de sortir pendant l’ouragan.

L’eau s’est en partie retirée aujourd’hui et les autorités craignent maintenant de découvrir de nombreuses victimes dans les zones les plus dévastés comme les villes de Fort Myers et de Naples.

Sur la chaîne ABC, le sheriff du comté de Lee a déclaré s’attendre à des centaines de morts sans pouvoir confirmer aucun chiffre précis.

« Nous n’avons jamais connu de telles inondations », a déclaré le gouverneur Ron DeSantis en laissant entendre qu’il est trop tôt pour avancer moindre bilan humain.

Un premier décès a été confirmé. Un homme de 72 ans sorti pendant l’ouragan pour vider sa pisicine. Mais le président américain prévient que le bilan pourrait être extrêmement lourd. Selon Joe Biden, l’ouragan Ian pourrait même être le plus meurtrier de l’histoire de la Floride.

Biden ira prochainement en Floride

Face à l’ampleur des dégâts, le président américain Joe Biden avait déclaré jeudi matin l’état de catastrophe naturelle majeure, une décision permettant de débloquer des fonds fédéraux additionnels pour les régions touchées.

Le président américain Joe Biden a annoncé qu’il se rendrait en Floride. « Quand les conditions le permettront, j’irai en Floride pour remercier personnellement » les personnes engagées dans les opérations de secours et reconstruction, a-t-il déclaré lors d’une visite des locaux de l’agence fédérale qui prend en charge les catastrophes naturelles (FEMA).

« Ce pourrait être l’ouragan le plus meurtrier de l’histoire de la Floride. Les chiffres encore imprécis, mais nous avons des informations selon lesquelles il pourrait y avoir des pertes de vies humaines substantielles. Malgré le danger important, les opérations de recherche et de secours ont commencé avant l’aube ce jeudi matin, pour les personnes coincées et qui sont en situation désespérée. Ce sont des missions dangereuses et je suis reconnaissant envers les hommes et les femmes courageux de l’Etat fédéral et du gouvernement local qui travaille en équipe, qui risquent leur vie pour sauver les autres. Et nous en saurons plus dans les heures qui viennent, mais nous savons que beaucoup de familles souffrent aujourd’hui. Beaucoup. Et tout notre pays souffre avec elles. Nous continuons à voir des pluies mortelles, des tempêtes catastrophiques, des routes et des maisons inondées. Il ya des millions de personnes privées de courant et des milliers coincées dans des écoles et des centres communautaires. Elles se demandent ce qu’il va rester, quand elles vont rentrer à la maison. A la maison entre guillemets, ou même si elles ont encore une maison où aller. » 

La tempête Ian, qui a dévasté l’ouest de Cuba et la Floride ces derniers jours, s’est de nouveau renforcée ce jeudi en fin de journée au point d’être à nouveau classifiée comme ouragan, a annoncé le Centre national des ouragans (NHC). Avec des vents continus allant jusqu’à 120 km/h, Ian « met le cap » désormais sur la Caroline du Sud, la Caroline du Nord, et la Géorgie, dans le sud des États-Unis, avec des conditions « potentiellement mortelles » impliquant « inondations, submersions côtières, et forts vents », précise le centre basé à Miami dans son dernier bulletin.

D. T.