jeudi 25 juillet 2024
Accueil > A la UNE > Forum des pays exportateurs de gaz : Déclaration d’Alger

Forum des pays exportateurs de gaz : Déclaration d’Alger

Le 7e Sommet des chefs d’Etat et de Gouvernement du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF) a clôturé ses travaux samedi à Alger, sous la présidence du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, par l’adoption de la Déclaration d’Alger, dont voici la traduction du texte intégral:

« Nous, chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres du Forum des Pays exportateurs de gaz (GECF), sur invitation de Son Excellence, M. Abdelmadjid Tebboune, Président de la République Algérienne Démocratique et Populaire, réunis dans la ville historique d’Alger le 2 mars 2024 pour le 7e Sommet du GECF, dans un esprit de solidarité et de coopération,

Premièrement,

Rappelant les Déclarations des Sommets du GECF tenus à Doha (Qatar) en 2011, à Moscou (Russie) en 2013, à Téhéran (Iran) en 2015, Santa Cruz de la Sierra (Bolivie) en 2017 et Doha (Qatar) en 2022.

Deuxièmement,

Réaffirmant :

1- Les droits souverains absolus et permanents des pays membres sur leurs ressources en gaz naturel.

2- Notre engagement envers les objectifs du GECF et notre détermination à renforcer le rôle du Forum tout en soulignant sa contribution à la sécurité, à l’équité et à la pérennité énergétiques mondiales.

3- Notre effort pour gérer efficacement et encourager l’utilisation des ressources gazières naturelles des pays membres, visant à promouvoir un développement durable qui profite à la fois aux producteurs et aux consommateurs.

4- L’importance de la coopération et de la coordination entre les pays membres pour le développement de la recherche, de l’innovation, des connaissances et du transfert de technologies liés au gaz naturel, ainsi que pour le partage des meilleures pratiques et la promotion du renforcement des capacités.

5- Notre soutien à un dialogue solide et significatif entre les producteurs, les consommateurs, et les autres parties prenantes concernées, en vue d’assurer la sécurité de la demande et l’approvisionnement, favoriser la stabilité du marché et plaider pour des marchés du gaz naturel transparents, sans entrave et non discriminatoires.

Troisièmement,

Reconnaissant :

1- Le rôle fondamental du gaz naturel dans la réalisation des objectifs de développement durable des Nations Unies, la prise en charge des besoins énergétiques mondiaux croissants et la garantie d’un accès universel à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous.

2- Les contributions du gaz naturel, ami de l’environnement, à la lutte contre les changements climatiques et son importance pour consacrer des transitions énergétiques justes, équitables, ordonnées, inclusives et durables, tout en tenant compte des circonstances, capacités et priorités nationales et que la croissance économique, le progrès social et la protection de l’environnement sont trois piliers étroitement liés et complémentaires du développement durable.

3- Les risques et les défis des marchés du gaz naturel découlant de la situation géopolitique et la situation économique, notamment en termes de flux physiques, de fonctionnement des marchés, des arrangements contractuels, du flux d’investissements durables et de l’intégrité des infrastructures sensibles du gaz naturel.

4- L’importance primordiale de la sécurité de la demande de gaz naturel, des cadres juridiques et réglementaires transparents et non discriminatoires et d’une politique énergétique, commerciale, fiscale, outre les politiques environnementales dans les pays importateurs et de transit de gaz naturel.

5- La nécessité d’adopter des pratiques axées sur l’innovation et une recherche scientifiquement orientée pour renforcer le rôle important du gaz naturel dans l’amélioration de l’accès à l’énergie et la réduction de la précarité énergétique.

6- Le rôle important du gaz naturel dans la chaîne des valeurs du secteur pétrochimique et l’industrie chimique en général, avec un large éventail de marchés finaux clés pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies, y compris la production d’engrais pour assurer la sécurité alimentaire mondiale et éradiquer la faim.

7- Le besoin impérieux de sécuriser la demande et les approvisionnements et la nécessité d’une coopération internationale ouverte et transparente pour protéger les infrastructures sensibles de gaz naturel et renforcer leur résilience aux catastrophes naturelles, aux incidents techniques et aux menaces d’origine anthropique, y compris l’utilisation malveillante des technologies de l’information et de la communication.

Quatrièmement,

Réitérant :

1- Notre soutien à tous les pays dans leur lutte acharnée contre la précarité énergétique et dans leurs efforts pour apporter la prospérité à leurs peuples, ainsi que dans l’exercice de leurs droits fondamentaux de développer leurs ressources énergétiques.

2- Notre condamnation de toutes les restrictions économiques unilatérales entreprises sans l’approbation préalable du Conseil de sécurité des Nations Unies, ainsi que l’application extraterritoriale de toutes mesures, lois et réglementations nationales à l’encontre des pays membres du GECF qui impactent négativement le développement et le commerce du gaz naturel et mettent en péril la sécurité de l’approvisionnement en gaz naturel.

3- Notre inquiétude face à la volatilité récurrente de la demande de gaz naturel qui affecte négativement la performance économique mondiale, et notre détermination à travailler avec toutes les parties pour parvenir à des marchés de gaz naturel équilibrés et fiables.

4- L’importance des contrats de gaz naturel à moyen et long terme, des prix équitables et stables du gaz naturel et des investissements soutenus dans le gaz naturel pour améliorer la sécurité énergétique et soutenir le développement de systèmes énergétiques résilients.

Cinquièmement,

Exprimant :

  1. Notre détermination à renforcer notre coopération en vue de maintenir la fiabilité et la résilience des systèmes de gaz naturel, d’offrir un approvisionnement efficace et fiable en gaz naturel et d’étendre l’utilisation du gaz naturel pour un développement durable et l’atténuation et l’adaptation au changement climatique.
  2. Notre appel à des investissements opportuns pour la stabilité du marché, un flux sans entrave des ressources financières, l’accès à la technologie et le transfert de connaissances de manière non discriminatoire,
  3. Notre accueil chaleureux à l’occasion de la signature de l’Accord sur le Siège de l’Institut de recherche sur le gaz du GECF basé à Alger.
  4. Notre détermination à promouvoir des technologies innovantes pour le gaz naturel et les industries connexes, à travers l’Institut de recherche sur le gaz, au profit des pays membres du GECF.
  5. Notre rejet de toute utilisation du changement climatique comme justification pour mettre en œuvre des mesures qui entravent les investissements dans les projets de gaz naturel et créer tout moyen de discrimination arbitraire ou toute restriction déguisée en violation directe des règles commerciales.
  6. Notre ferme soutien aux pays africains dans leurs aspirations et leurs efforts louables pour lutter contre la précarité énergétique, relever les défis liés à l’accès à l’énergie et favoriser un développement socio-économique durable, équitable et inclusif tout en protégeant l’environnement, conformément au Programme de développement 2030 des Nations Unies et l’Agenda 2063 de l’Union africaine.
  7. Notre rejet de toute intervention artificielle sur les marchés du gaz naturel, y compris les tentatives de modifier la détermination des prix et la gestion des risques des marchés, ainsi que l’imposition de plafonnements de prix motivée par des raisons politiques, qui ne peuvent qu’aggraver la situation du marché et décourager les investissements nécessaires pour satisfaire la demande énergétique mondiale.
  8. Notre désapprobation de la mise en œuvre unilatérale d’actions et de mesures fiscales sans précédent supposées être justifiées par la garantie de la sécurité de l’approvisionnement énergétique par certains, au détriment des règles du marché du gaz naturel, et au risque d’accentuer les déséquilibres au détriment des personnes en situation de vulnérabilité.

Soulignons notre détermination commune à :

1- Promouvoir le gaz naturel comme une source d’énergie abondante, abordable, flexible et fiable, exploiter et développer des technologies du gaz naturel plus respectueuses de l’environnement, efficaces et durables.

2- Plaider pour une utilisation plus large du gaz naturel aux niveaux des marchés nationaux et internationaux, en tant que mesure stratégique pour lutter contre la pauvreté énergétique et poursuivre les objectifs de développement durable des Nations Unies. Cela inclut la défense du gaz naturel comme source d’énergie essentielle pour un avenir juste, inclusif et prospère, en veillant à ce que personne ne soit laissé pour compte.

3- Contribuer à l’inclusion du gaz naturel comme ressource écologiquement durable dans le climat, les investissements et les réglementations fiscales, le secteur bancaire international et le commerce mondial.

4- Favoriser l’utilisation accrue du gaz naturel dans les transports maritime et terrestre et développer les infrastructures nécessaires pour la fournir à tous les consommateurs de manière efficace et rentable.

5- Soutenir le rôle fondamental des contrats de gaz naturel à long terme, ainsi qu’une tarification basée sur une indexation pétrole/produits pétroliers, pour garantir des investissements réguliers dans le développement des ressources en gaz naturel.

6- Renforcer la place du GECF en augmentant sa visibilité internationale, attirer de nouveaux membres, encourager les partenariats, faciliter le dialogue entre producteurs et consommateurs et élargir la coopération avec les organisations et entités internationales concernées.

7- Soutenir le développement de l’expertise et des mécanismes du GECF pour les projets communs, afin de conforter le rôle du GECF en tant que plateforme leader de dialogue et de coopération sur les questions liées au gaz naturel.

8- Tirer avantage de l’Institut de recherche sur le gaz relevant du GECF pour élargir la coopération dans, entre autres, les technologies du gaz naturel, la recherche scientifiquement orientée et le renforcement des capacités axées sur l’innovation.

9- Souligner l’importance cruciale de la sauvegarde des infrastructures sensibles liées au gaz naturel, y compris les infrastructures transfrontalières, pour garantir leur fiabilité et leur résilience, outre le renforcement de la coopération internationale et de la résilience aux catastrophes naturelles, aux incidents techniques et aux menaces d’origine anthropique, y compris l’utilisation malveillante des technologies de l’information et de la communication.

Les chefs d’Etat et de Gouvernement se sont félicités de l’adhésion de la République du Mozambique, de la République islamique de Mauritanie et de la République du Sénégal au Forum, réaffirmant la quête collective par le GECF du renforcement de la coopération et du dialogue énergétiques.

Les chefs d’Etat et de Gouvernement des pays membres du GECF ont exprimé leur gratitude à Son Excellence Monsieur Abdelmadjid Tebboune, président de la République algérienne démocratique et populaire, pour sa présidence clairvoyante des travaux du 7e Sommet du GECF, ainsi qu’au Gouvernement et au peuple de la République algérienne démocratique et populaire pour leur chaleureuse hospitalité et leurs excellents préparatifs. »

R. N.