mercredi 22 mai 2024
Accueil > A la UNE > France : Gabriel Attal remplace Élisabeth Borne au poste de Premier ministre

France : Gabriel Attal remplace Élisabeth Borne au poste de Premier ministre

À 34 ans, Gabriel Attal devient le plus jeune Premier ministre de la Ve République. La démission d’Élisabeth Borne, lundi 8 janvier, avait en effet lancé les spéculations sur le nom de son remplaçant. Mais l’hypothèse Attal, ministre de l’Éducation sortant, avait toutefois rapidement pris le dessus sur les autres. La passation de pouvoir a eu lieu à Matignon.

Avec Gabriel Attal à la tête du nouveau gouvernement, c’est une nouvelle page qui s’ouvre dans ce deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron. Le président de la République a donc fait le choix de la jeunesse et de la popularité, puisque le ministre de l’Éducation sortant bénéficiait, depuis plusieurs semaines, d’une bonne cote de popularité, devançant, selon un sondage Ipsos-Le Point mi-décembre, l’ex-Premier ministre Édouard Philippe. Un ministère où pourtant tout le monde se casse les dents. Gabriel Attal, en six mois, réussit à imprimer sa marque, en s’emparant de sujets sensibles comme le port de l’abbaya, l’autorité des professeurs et la sécurité, dans un contexte tendu, alors que le monde enseignant perd à nouveau un professeur, tué dans une attaque à Arras en décembre dernier.

Il fera de la lutte contre le harcèlement solaire, une priorité et proclame que « la peur doit changer de camp». Pour lutter contre ce fléau, le ministre ose aussi la confession intime devant les caméras de TF1, témoignant de ses souffrances d’élève découvrant son homosexualité et des moqueries subies lorsqu’il était à l’école. Lorsqu’il se saisit de la baisse de niveau des élèves, c’est pour annoncer « un électrochoc » : au programme, retour du redoublement, groupe de niveau au collège et même expérimentation de l’uniforme. Un parfum d’antan diffusé par un ministre de 34 ans. Sur le fond, Gabriel Attal s’inscrit dans la continuité de Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation avant Pap Ndiaye, avec un retour aux fondamentaux : maths, français, et autorité. Sur la forme, syndicats et enseignants pointent avant tout les talents de communicant du ministre.

Ce nouveau Premier ministre va donc devoir former un gouvernement, s’imposer dans la majorité et face aux oppositions. Il devra également diriger la bataille des élections européennes face à Jordan Bardella, qui mène la liste du Rassemblement national (RN) et bénéficie d’une large avance dans les sondages. Tout cela à l’ombre d’Emmanuel Macron.

La passation de pouvoir s’est déroulée à Matignon aux alentours de 15 heures. Elisabeth Borne s’est « réjoui » de rejoindre l’Assemblée en tant que députée du Calvados, salué le travail effectué « J’ai tenu sans trembler le cap fixé par le président de la République » et assuré Gabriel Attal, son successeur, de son soutien. Le ministre de l’Éducation sortant a assuré emmener à Matignon, « la cause de l’école » « mère de nos batailles » et voit dans sa nomination un symbole « d’audace et de mouvement ».

B. M.