jeudi 18 juillet 2024
Accueil > A la UNE > Gaza : tirs de roquettes sur Tel-Aviv, au moins 30 morts lors de frappes israéliennes près de Rafah

Gaza : tirs de roquettes sur Tel-Aviv, au moins 30 morts lors de frappes israéliennes près de Rafah

La branche armée du Hamas palestinien a dit ce dimanche avoir visé la capitale israélienne avec un « important barrage de roquettes », tandis qu’au moins 30 personnes ont été tuées dans des frappes israéliennes sur un centre pour déplacés près de Rafah, selon le bureau des médias du gouvernement du Hamas.

Pour la première fois depuis quatre mois, des sirènes d’alerte ont retenti ce dimanche en début d’après-midi à Tel-Aviv et dans le centre d’Israël pour que les habitants se mettent à l’abri après des tirs de roquettes. « Nous avons bombardé Tel-Aviv avec un important barrage de roquettes en réponse aux massacres sionistes contre les civils », ont écrit les brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du Hamas, dans leur message mis en ligne quelques minutes plus tard sur Telegram.

Selon l’armée israélienne, huit roquettes ont été tirées vers le centre du pays depuis la « région de Rafah », dans l’extrême sud de la bande de Gaza, où d’intenses combats l’opposent actuellement aux mouvements armés palestiniens. L’armée a précisé qu’« un certain nombre » d’entre elles avaient été interceptées par le système de défense aérienne, sans donner plus de détails. Les services de secours israéliens, le Magen David Adom (MDA), ont fait savoir que leurs équipes n’avaient identifié qu’un patient qui s’était légèrement blessé en se rendant dans un abri.

La première lecture, c’est qu’il y a manifestement un échec des buts de guerre déclarés (…) La seconde, c’est que ça confirme la justification de parachever l’opération à Gaza, et notamment sur Rafah.

Dans la soirée, le bureau des médias du gouvernement du Hamas à Gaza a indiqué qu’au moins 30 personnes avaient été tuées et des dizaines d’autres blessées dans des frappes israéliennes sur un centre pour déplacés près de Rafah, dans le sud de ce territoire palestinien. La Défense civile de Gaza a confirmé des frappes israéliennes sur cette zone où selon elle vivent quelque 100 000 déplacés. Selon elle, 50 personnes ont été tuées ou blessées.

200 camions d’aide attendus à Gaza

Plus tôt dans la journée, Al-Qahera News, un média proche des services de renseignement égyptiens, a indiqué que « 200 camions » avaient quitté le côté égyptien du poste frontière de Rafah pour se diriger vers Kerem Shalom, quelque quatre kilomètres plus au sud. Ils devraient entrer dans la bande de Gaza dans la journée. Al-Qahera News indique que « quatre camions de carburant » avaient déjà traversé et se dirigeaient vers des hôpitaux.

Israël, qui mène des opérations militaires à Rafah, a pris le contrôle du poste-frontière début mai. Dès lors, le passage d’assistance humanitaire est bloqué, et des dizaines de milliers de tonnes d’aide sont entassées côté égyptien en attendant de pouvoir entrer à Gaza.

Le tonnage transporté par les camions devrait avoisiner les cinq mille tonnes, bien plus que tout ce que les Américains ont pu faire entrer par le biais de leur quai flottant. Le rythme devrait aller crescendo pour atteindre les 400 camions par jour, si tout se passe bien.

Cette entrée d’aide est le fruit de la médiation très insistante du président américain Joe Biden. Les Égyptiens refusaient de faire passer l’aide par le point de passage de Rafah contrôlé par les Israéliens qui, eux, fermaient le point de passage de Kerem Shalom « pour raisons de sécurité ». Toute l’aide en provenance d’Égypte est inspectée par les autorités israéliennes et distribuée par l’intermédiaire des Nations unies. La situation humanitaire reste alarmante dans le territoire palestinien, après plus de sept mois d’une guerre dévastatrice.

Un accord après une réunion à Paris

Les efforts internationaux ont été relancés pour arracher une trêve dans la guerre. Des médias israéliens rapportent que David Barnea, le chef du Mossad – les services de renseignement israéliens –, avait trouvé un accord avec le directeur de la CIA, Bill Burns, et le Premier ministre qatarien, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, lors d’une réunion à Paris sur un nouveau cadre pour les négociations.

De son côté, le président américain Joe Biden a affirmé être « engagé dans une diplomatie de l’urgence » pour tenter de sécuriser un cessez-le-feu et la libération des otages. L’Égypte dit, elle, poursuivre « ses efforts pour réactiver les négociations », selon Al-Qahera News, tandis que des responsables qatariens devraient rencontrer une délégation du Hamas dans les prochains jours, d’après le site américain Axios.

Selon l’armée israélienne, 121 otages sont toujours retenus à Gaza, dont 37 sont morts. Le 7 octobre, l’attaque sur le sol israélien de membres du Hamas a entraîné la mort de plus de 1 170 personnes, majoritairement des civils. D’après le ministère de la Santé du Hamas, près de 36 000 personnes sont décédées dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

M. B.