dimanche 5 février 2023
Accueil > A la UNE > Grèce : enquête préliminaire ouverte contre l’eurodéputée Eva Kaïlí accusée de corruption

Grèce : enquête préliminaire ouverte contre l’eurodéputée Eva Kaïlí accusée de corruption

En Grèce, une enquête préliminaire a été lancée ce jeudi 15 décembre par le parquet financier d’Athènes à l’encontre d’Eva Kaïlí, pour « corruption » et « blanchiment d’argent ». Actuellement incarcérée à Bruxelles, l’eurodéputée de 44 ans est au cœur d’un sulfureux scandale de corruption présumée en lien avec le Qatar. Avant d’être potentiellement menée à terme, la procédure grecque doit néanmoins attendre les conclusions de l’enquête bruxelloise en cours.

Bis repetita. Après la justice belge, c’est à présent au tour de la justice grecque de s’intéresser à l’eurodéputée – et désormais ex-vice-présidente du Parlement européen – Eva Kaïlí.

L’enquête préliminaire qui vient tout juste d’être lancée depuis Athènes n’est pas une procédure grecque isolée, elle s’effectue au contraire en totale coopération avec Bruxelles.

L’instruction a été initiée par le procureur financier Christos Bardakis, qui a confié l’enquête à deux procureurs adjoints. Charge à eux d’enquêter sur cette affaire de corruption présumée, impliquant l’émirat du Qatar.

Pour ce faire, Athènes requiert donc l’aide de Bruxelles pour obtenir des copies de documents concernant l’affaire et pour être tenue au courant de son avancement.

D’un point de vue légal, l’enquête grecque ne sera toutefois pas menée à son terme si Eva Kaïlí est poursuivie par les tribunaux belges pour des accusations similaires.

Preuve de la forte pression judiciaire qui pèse à présent sur Eva Kaïlí, l’Autorité grecque de lutte contre le blanchiment d’argent a de son côté déjà annoncé en début de semaine le gel de l’ensemble des biens de l’élue socialiste.

J. B.