samedi 18 mai 2024
Accueil > A la UNE > Guerre Israël-Hamas : à Gaza, les hôpitaux cernés par les combats

Guerre Israël-Hamas : à Gaza, les hôpitaux cernés par les combats

Au 35e jour de guerre entre Israël et le Hamas, le bilan humain a dépassé les 11 000 personnes mortes à Gaza, selon le Hamas. Ce vendredi, plusieurs hôpitaux de l’enclave palestinienne se sont retrouvés au cœur des combats et depuis jeudi, des chars se trouvent autour de certains hôpitaux.

Selon le ministère de la Santé du Hamas, treize personnes ont été tuées dans une frappe qui a touché al-Shifa, le principal hôpital de Gaza. Selon son directeur, ce sont des chars israéliens qui ont tiré ce vendredi matin sur cet hôpital du centre de Gaza. C’est l’une des cours de l’établissement qui a été touchée, pas l’un des bâtiments du complexe hospitalier. Mais de très nombreux civils y sont réfugiés dans l’espoir d’être plus en sécurité que chez eux. Dans les vidéos qui viennent de Gaza, on peut voir des flaques de sang sur le sol et des corps gisant par terre.

L’hôpital al-Shifa n’est pas le seul à avoir été touché ce vendredi. Mohammed Abou Salmiya, directeur de l’établissement, assure à l’AFP que « tous les hôpitaux de la ville de Gaza ont été visés » par l’armée israélienne vendredi. « Nous ne pensions pas voir en 2023 des hôpitaux bombardés. Nous ne pouvons pas évacuer car nous avons plus de 60 patients en soins intensifs, plus de 50 bébés en couveuses, plus de 500 patients sous dialyse », affirme-t-il.

Selon le Croissant rouge palestinien, des snipers israéliens ont notamment ouvert le feu ce vendredi sur l’un de ses établissements, l’hôpital al-Quds. Une personne serait morte et plusieurs blessées, selon l’organisation.

Des combats se déroulent aussi près de l’hôpital al-Awda, à Jabalia, au Nord. Et selon le ministère de la Santé de Gaza, contrôlé par le Hamas, « les chars israéliens assiègent quatre hôpitaux de l’ouest de Gaza-ville ». Des vidéos montrent effectivement des chars près de ces bâtiments.

Le système de santé à Gaza a atteint un « point de non-retour »

L’armée israélienne n’a pas fait de commentaires sur ces tirs mais l’un de ses porte-paroles a déclaré dans la soirée que les soldats « tueront les combattants du Hamas » qui « tirent depuis les hôpitaux ». Une division mène d’importantes opérations dans une zone « très très proche » de l’hôpital al-Shifa, avait dit jeudi soir un porte-parole. « Nous sommes conscients du caractère sensible des hôpitaux », a commenté vendredi ce porte-parole, Richard Hecht.

Les autorités israéliennes accusent de manière répétée le mouvement islamiste d’utiliser les civils comme boucliers humains et de se protéger dans les hôpitaux. Elles affirment également que le centre de commandement du Hamas se trouve sous l’hôpital al-Shifa.

Et depuis le blocus de l’enclave palestinienne qui a suivi l’attaque du Hamas – qui a fait 1 200 morts en Israël – la situation des hôpitaux de Gaza inquiète les organisations humanitaires. « La destruction des hôpitaux à Gaza devient insupportable et doit cesser. La vie de milliers de civils, de patients et de membres du personnel médical est en danger », a déclaré dans un communiqué William Schomburg, chef de la sous-délégation du CICR à Gaza. Il estime que le système de santé à Gaza a atteint un « point de non-retour ».

M. B.