vendredi 14 juin 2024
Accueil > A la UNE > Hommage au défunt Moudjahid Hocine Ait Ahmed à l’occasion du 8e anniversaire de son décès

Hommage au défunt Moudjahid Hocine Ait Ahmed à l’occasion du 8e anniversaire de son décès

Des participants au « Forum de la Mémoire » ont loué, mercredi à Alger, les qualités et le combat du Moudjahid Hocine Ait Ahmed, et ce à l’occasion du huitième anniversaire de son décès, mettant en valeur les qualités du défunt, considéré comme l’un des symboles les plus marquants du mouvement national et de la Guerre de libération.

Intervenant lors de ce forum organisé par le quotidien « El Moudjahid » et l’association « Machaal Echahid », le représentant de l’Assemblée Populaire Nationale (APN) Saadi Mahelbi, a salué la lutte du défunt Moudjahid Hocine Ait Ahmed, passant en revue les étapes les plus marquantes de son parcours révolutionnaire, notamment après les massacres du 8 mail 1945, où il fut à l’avant garde des partisans de l’action armée comme seule option pour obtenir l’indépendance.

L’intervenant a passé en revue le parcours du feu militant, connu sous le nom de « Da Hocine », soulignant qu’il était l’un de ceux qui ont appelé à la création de l’Organisation spéciale (OS) lors de la conférence de février 1947, dont le défunt était l’un des membres les plus éminents, et son deuxième président, après le décès de Mohamed Belouizdad.

A cet égard, il a souligné que cette organisation formait les cadres militaires dans le but de préparer l’action militaire qui était l’étincelle de la Glorieuse révolution de libération.

La rencontre était également l’occasion d’évoquer le combat aux multiples facettes de feu Hocine Ait Ahmed, l’une « des figures historiques du mouvement national algérien, l’un des membres du groupe de 9 qui a déclenché la Guerre de libération ».

Par ailleurs, « les fermes convictions par lesquelles se distinguait le défunt Moudjahid, ont été abordées, notamment celles liées à son combat politique après l’indépendance afin de construire une Algérie stable et prospère ».

B. M.