dimanche 14 juillet 2024
Accueil > A la UNE > Israël annonce avoir tué trois otages identifiés « par erreur » comme une « menace »

Israël annonce avoir tué trois otages identifiés « par erreur » comme une « menace »

Israël poursuit ce 15 décembre ses bombardements sur la bande de Gaza, en prévenant que cette guerre devrait s’étirer sur « plus que quelques mois ». Les États-Unis souhaitent qu’Israël baisse l’intensité de ses opérations, Joe Biden exhortant son allié à faire davantage pour mieux protéger les civils plongés dans un désastre humanitaire.

■ L’UNRWA a déclaré jeudi qu’elle n’est plus en mesure d’apporter de l’aide à ceux qui n’ont pas pu fuir vers le sud de la bande de Gaza. Elle rapporte aussi que des personnes affamées arrêtent ses camions d’aide à Gaza. La situation humanitaire à Gaza « empire de jour en jour », a déclaré un porte-parole de l’Unicef.

■L’armée israélienne annonce avoir tué trois otages identifiés « par erreur » comme une « menace », a indiqué le porte-parole de l’armée, Daniel Hagari, à la télévision ce vendredi

■ Jake Sullivan, conseiller à la sécurité de la Maison Blanche, au cours d’une visite en Israël, a discuté de la possibilité d’un basculement de l’offensive israélienne sur le territoire de Gaza vers des « opérations de plus faible intensité » dans un « futur proche ». Il a aussi estimé qu’il ne serait pas « juste » qu’Israël occupe la bande de GazaIl rencontre le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, en Cisjordanie, ce vendredi.

■ Israël a annoncé ce vendredi avoir approuvé « temporairement » l’entrée d’aide humanitaire dans la bande de Gaza par le point de passage de Kerem Shalom, au sud de la bande de Gaza, afin de décongestionner celui de Rafah entre le territoire palestinien et l’Egypte. L’OMS a salué cette décision, mais demande à ce que l’aide puisse « aller partout » dans l’enclave.

■ Environ 18 800 Palestiniens ont été tués dans les frappes israéliennes sur Gaza depuis le 7 octobre, selon le gouvernement du Hamas. Près de 51 000 personnes ont également été blessées. La majorité sont des femmes et des jeunes de moins de 18 ans. Plus de 1 200 Israéliens ont été tués.

20h30 : Le gouvernement du Hamas annonce un nouveau bilan de 18 800 morts à Gaza

Le gouvernement du Hamas palestinien a annoncé vendredi que les opérations militaires israéliennes dans la bande de Gaza avaient fait 18 800 morts depuis le début de la guerre le 7 octobre. Les Palestiniens morts, tués en majorité dans des frappes aériennes, sont à 75% des enfants (8 000) et des femmes (6 200), a précisé dans un communiqué le bureau de presse du Hamas, qui estime à 7 500 le nombre des disparus au 70e jour de la guerre avec Israël.

20h25 : Des étudiants à Athènes lâchent des lanternes pour les victimes à Gaza 

19h20 : Pour les familles des otages israéliens, l’espoir laisse place à une angoisse « horrible »

Elya Toledano faisait la fête lors d’un festival de musique, le 7 octobre, quand il fut pris en otage par le Hamas. Les autorités israéliennes ont annoncé sa mort, vendredi 15 décembre dans la matinée. Son corps sans vie a été récupéré à Gaza et son enterrement a eu lieu dans l’après-midi, en présence de l’ambassadeur de France en Israël. Un nouvel otage mort, alors qu’ils sont toujours plus de 130 aux mains du Hamas.

18h50 : Un journaliste d’Al Jazeera tué à Gaza, un autre blessé

Un journaliste d’Al Jazeera a été tué ce vendredi et un autre blessé dans une frappe israélienne dans la bande de Gaza, a rapporté la chaîne qatarie. « C’est le cœur lourd que nous partageons la nouvelle dévastatrice de la perte de notre caméraman dévoué d’Al Jazeera, Samer Abou Daqa », a écrit sur X Mohamed Moawad, un rédacteur en chef de la chaîne de télévision.

Al Jazeera avait auparavant indiqué que son chef de bureau à Gaza, Wael Dahdouh, et Abou Daqa, avaient été blessés dans une école de Khan Younès (sud) « à la suite de ce que l’on pense être une attaque de drone israélien ».

18h25 : Israël annonce avoir tué trois otages identifiés « par erreur » comme une « menace »

L’armée israélienne déclare avoir identifiés « par erreur » trois otages comme une « menace ». « Lors de combats à Choujaiya [nord], l’armée a identifié par erreur trois otages israéliens comme une menace. En conséquence, les soldats ont ouvert le feu dans leur direction et ils ont été tués », a indiqué le porte-parole de l’armée, Daniel Hagari, à la télévision. « L’armée exprime ses plus grands regrets sur cet incident tragique et envoie ses condoléances aux familles. »

Ils se sont « soit échappés ou ont été abandonnés » par leurs geôliers, a-t-il ajouté, promettant une « enquête transparente ». Les victimes sont Yotam Haïm, un batteur de Heav Metal de 28 ans, et Samer al-Talalqa, un Bédouin de 25 ans, tous deux enlevés au kibboutz Nir Am lors de l’attaque meurtrière du Hamas dans le sud d’Israël le 7 octobre, précise un communiqué de l’armée. La famille du troisième otage tué n’a pas souhaité que son identité soit rendue publique.

Leurs corps ont été rapatriés en Israël. L’armée souligne qu’ils ont trouvé la mort « dans une zone de combat active » dans laquelle ses soldats livrent « une bataille continue depuis plusieurs jours » face aux combattants du Hamas.

18h20 : Bilan de la visite de Jake Sullivan, le conseiller américain à la sécurité, en Israël et en Cisjordanie

Jake Sullivan a achevé une visite de deux jours sur place. Il s’est entretenu avec des responsables israéliens et palestiniens pour évoquer la suite du conflit. Il a notamment évoqué le besoin de passer d’une phase « de grande intensité » à une phase « plus précise » dans les opérations.

Alors que responsables américains et israéliens s’accordent sur le fait que les opérations à Gaza devraient encore durer longtemps, Jake Sullivan a tenu à évoquer l’après-guerre. « La position des États-Unis est claire. Nous ne pensons pas qu’il soit logique ou juste pour Israël d’occuper ou de réoccuper Gaza à long terme », a-t-il déclaré.

L’avenir est donc un retour de l’Autorité palestinienne dans la bande de Gaza, assure le conseiller à la sécurité intérieure de Joe Biden. Une perspective maintes fois écartée par le Premier ministre israélien – en début de semaine encore. Mais malgré ces déclarations publiques, Jake Sullivan estime qu’il y a une convergence de point de vue sur le sujet entre les deux alliés. « Le gouvernement israélien a indiqué qu’il n’avait pas l’intention d’occuper Gaza sur le long terme et qu’en fin de compte, le contrôle, l’administration et la sécurité de Gaza devaient revenir aux Palestiniens. »

Les États-Unis et Israël discuteraient du calendrier de la transition, mais aussi des réformes que l’Autorité palestinienne doit entreprendre, indique encore le conseiller américain. « Nous pensons que l’Autorité palestinienne doit être réorganisée et revitalisée, qu’elle doit être modernisée en termes de méthode de gouvernance et de représentation du peuple palestinien », a-t-il rapporté.

Pour sa part, Mahmoud Abbas, le président de l’Autorité palestinienne, recevant Jake Sullivan, a simplement affirmé que toute tentative de « séparer » ou « d’isoler » Gaza de l’État palestinien serait « inacceptable ».

18h05 : « Au point où nous en sommes, mieux vaut mourir » : Témoignage d’une jeune femme à Gaza

Israël poursuit son offensive contre Gaza. Objectif : « éradiquer le Hamas ». Mais le groupe armé palestinien ne semble pas véritablement affaibli. Ce vendredi, il a tiré de multiples roquettes sur Jérusalem. Elles ont été interceptées par le dispositif anti-missiles israélien, Dôme de fer. A Gaza, les civils eux sont démunis, sans abris, ni refuges, et subissent de plein fouet les bombardements israéliens.

« Combien de temps encore durera cette guerre ? » s’interroge Randa. La jeune femme âgée de 25 ans, est réfugiée dans le centre de Gaza avec une partie de sa famille. Ils sont complètement désespérés.

« On se couche le soir en suivant l’actualité : on entend parler de négociations pour mettre un terme aux combats. Et on se réveille le matin, la situation est pire que la veille. Ça ne fait que se dégrader. Tout le monde se fiche pas mal de notre sort. Même les pays arabes ne lèvent pas le petit doigt pour nous », déplore-t-elle.

A bout, Randa tient des propos durs. « Au point où nous en sommes, mieux vaut mourir », lance-t-elle. « Nous vivons misérablement. Ça ne sert à rien de vous décrire notre situation. Gaza n’est plus propice à la vie. Femmes, enfants, personnes âgées, notre situation est catastrophique. Nous n’avons même plus accès aux besoins de base. Il n’y a pas d’eau et donc il n’y a même plus de toilettes. »

Au début de la guerre, la famille de Randa a été éparpillée à travers Gaza. « Chacun s’est réfugié là où il pouvait. Je suis sans nouvelles de certaines de mes sœurs », raconte la jeune femme.

17h55 : L’armateur allemand Hapag-Lloyd suspend ses traversées en mer Rouge jusqu’à lundi

L’armateur allemand Hapag-Lloyd a annoncé ce vendredi qu’il suspendait au moins jusqu’à lundi prochain les traversées de ses porte-conteneurs sur la Mer rouge, après l’attaque vendredi d’un de ses navires par les Houthis du Yemen. « Hapag-Lloyd interrompt tout le trafic de porte-conteneurs à travers la mer Rouge jusqu’à lundi. Nous déciderons ensuite pour la période ultérieure », a déclaré le groupe dans un communiqué transmis à l’AFP.

17h45 : Rencontre entre les ministres des Affaires étrangères palestinien, jordanien, saoudien, islandais et norvégien, à Oslo, ce vendredi

Lors d’une rencontre entre les ministres des Affaires étrangères de Norvège, de Jordanie, d’Islande, d’Arabie Saoudite et de Palestine à Oslo, Ayman Al Safadi, le ministre jordanien, a affirmé que « si les accords d’Oslo des années 1990 étaient réellement appliqués, la situation aujourd’hui serait bien différente ».

« Les accords d’Oslo ont été formulés sur la base du principe de la terre contre la paix. Israël n’est désormais plus engagé dans ce principe », a-t-il assuré. Selon ce dernier, ces accords étaient censés être une « transition courte vers un État palestinien ». Au lieu de ça, « l’occupation israélienne se consolide », et la « priorité du moment est d’arrêter l’agression, les tueries et la destruction ».

17h25 : La présidente de la Croix-Rouge en visite en Cisjordanie ce vendredi

Mirjana Spoljaric, la présidente de la Croix-Rouge, s’est rendue ce vendredi en Cisjordanie. Elle a rencontré le ministre de la Santé palestinien, ainsi que le président du Croissant rouge palestinien. Elle a salué l’immense courage et le dévouement des volontaires pour aider les civils de Gaza.

17h10 : De nouvelles questions se posent au sujet des otages du Hamas face au silence de l’armée israélienne

Dans quelles circonstances est décédé Elya Toledano, le jeune franco-israélien pris en otage le 7 octobre ? Sa mort aurait-elle pu être éviter sans la poursuite de l’opération militaire israélienne sur Gaza? Au total, les corps sans vie de huit otages ont été rapatriés et 132 personnes restent toujours retenues par le Hamas. Et les questions se multiplient particulièrement pour les familles. Certaines d’entre elles confiaient à RFI que le gouvernement israélien et l’armée ne leur donnaient que très peu d’information, aussi bien sur leurs proches que sur la manière dont ils comptaient les sauver.

Face à ce silence, de nombreux proches d’otages expriment leur inquiétude depuis plus de deux mois. Israël a juré d’anéantir le Hamas et les représailles israéliennes, après l’attaque du 7 octobre, ont déjà fait presque 18 800 morts, selon le ministère de la Santé du Hamas. Ces derniers jours encore des centaines d’entre personnes manifestaient devant la Knesset, le Parlement israélien, pour appeler à une trêve dans la guerre et pour permettre des négociations en vue de la libération de leurs proches détenus à Gaza.

Ces familles d’otages s’étaient d’ailleurs dites choquées il y a quelques jours en apprenant que des négociations avaient été empêchées par les autorités israéliennes. Selon certains médias israéliens, le directeur du Mossad, le service de renseignement extérieur israélien, aurait proposé de se rendre au Qatar pour mener ces discussions, mais il aurait été retenu par le Premier ministre Benyamin Netanyahu.

17h05 : Lufthansa annonce la reprise de ses vols vers Tel-Aviv à partir du 8 janvier

Le groupe allemand Lufthansa, premier transporteur aérien européen, a annoncé vendredi reprendre à partir du 8 janvier ses liaisons avec Tel-Aviv suspendues depuis l’attaque du Hamas contre Israël, le 7 octobre. « Les compagnies aériennes du groupe offriront un total de 20 liaisons hebdomadaires vers et depuis Tel-Aviv », a indiqué l’entreprise, qui détient aussi l’autrichienne Austrian Airlines et la suisse SWISS. Ces vols se feront via ses hubs de « Francfort, Munich, Vienne et Zurich », a-t-elle précisé.

16h45 : « Aucun endroit n’a été épargné » à Gaza, rappelle Philippe Lazzarini, Commissaire général de l’UNRWA

« Je l’ai déjà dit de nombreuses fois : aucun endroit n’a été épargné, pas même les endroits qui devraient normalement être protégés par les lois de la guerre », a-t-il déclaré au Forum mondial sur les réfugiés à Genève.

16h37 : « Les réfugiés palestiniens endurent un niveau de souffrance sans précédent », alerte Antonio Guterres

Dans ses remarques finales au Forum mondial sur les réfugiés, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres a déclaré : « Les réfugiés palestiniens [dans la région de Gaza] sont en train d’endurer un niveau de souffrance sans précédent, et le système de l’ONU fait tout ce qu’il peut pour les soutenir. »

M. B.