mercredi 22 mai 2024
Accueil > A la UNE > Israël-Hamas : Biden veut que la trêve à Gaza se poursuive pour voir « d’autres otages relâchés »

Israël-Hamas : Biden veut que la trêve à Gaza se poursuive pour voir « d’autres otages relâchés »

Joe Biden a tenu depuis le Massachusetts un discours pour annoncer la libération d’une jeune otage américaine, Abigail Idan.

Un seul objectif. Joe Biden a dit dimanche espérer que la trêve de quatre jours convenue entre Israël et le Hamas et qui doit prendre fin lundi puisse se poursuivre « au-delà de demain ». Lors d’un discours depuis l’État américain du Massachusetts, le président américain a aussi annoncé la libération d’une otage américaine de 4 ans nommée Abigail.

« Elle est libre et elle est en Israël », a-t-il indiqué ce dimanche 26 novembre. L’enfant avait été prise en otage le 7 octobre par le Hamas lors de son assaut contre Israël. Selon le conseiller de la Maison Blanche Jake Sullivan, la petite a « vu ses parents être tués devant elle ».

« Elle a subi un traumatisme terrible », a déploré dimanche le président américain au sujet de la jeune Abigail Idan, devenue orpheline lorsque ses parents ont été tués par le Hamas le 7 octobre. Elle avait 3 ans lorsqu’elle a été enlevée, et elle a fêté son quatrième anniversaire en captivité il y a deux jours.

Vers une prolongation de la trêve ?

Joe Biden en a aussi profité pour appeler à une prolongation de l’accord passé entre Israël et le Hamas. « C’est mon objectif et notre objectif de faire en sorte que cette pause se poursuive au-delà de demain afin que nous puissions voir d’autres otages relâchés et plus d’aide humanitaire » acheminée dans la bande de Gaza, a-t-il soutenu.

Comme le président américain, la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a appelé ce dimanche soir à la prolongation de la trêve afin que « tous les otages » soient libérés.  « Nous avons bon espoir » pour que des otages français soient libérés avant la fin de la trêve à Gaza, a-t-elle ajouté.

Entré en vigueur vendredi, l’accord prévoit la libération de 50 otages israéliens enlevés par le Hamas le 7 octobre, contre celle de 150 prisonniers palestiniens détenus par Israël. Et la trêve peut être prolongée.

Au-delà des quatre premiers jours, la libération de « dix otages supplémentaires conduira à une journée supplémentaire de pause », a affirmé Israël.

M. B.