jeudi 18 juillet 2024
Accueil > A la UNE > La Chine met fin à deux jours de manœuvres militaires autour de Taïwan

La Chine met fin à deux jours de manœuvres militaires autour de Taïwan

La Chine vient de terminer deux jours de manœuvres militaires autour de Taïwan. Baptisées « Glaive uni 2024A », ces opérations d’envergure ont été qualifiées de « punition » par Pékin, trois jours après l’investiture du nouveau président taïwanais Lai Ching-te. 

La Chine entendait mettre en scène son mécontentement suite à l’élection du président WIlliam Lai. C’est chose faite. L’armée chinoise « a achevé avec succès » les exercices nommés « Joint Sword-2024A » (glaive uni 2024A) dirigés contre Taïwan, a déclaré vendredi soir un présentateur de CCTV-7, la télévision étatique chinoise chargée de l’actualité militaire.

Jeudi matin 24 mai, Pékin a débuté des manœuvres militaires dans neuf zones tout autour de Taïwan, dont certaines sont situées à quelques dizaines de kilomètres des côtes taïwanaises. Depuis, l’armée taïwanaise a détecté 111 avions et 34 navires militaires chinois autour de son territoire. Ces exercices visaient à démontrer la capacité de l’armée chinoise à assiéger l’île ou encore à frapper des cibles stratégiques à Taïwan, ont rapporté les médias d’État chinois.

Ces manœuvres sont un premier test pour le président Lai Ching-te, qui s’est rendu jeudi sur une base militaire. « Nous continuerons à défendre nos valeurs de liberté et de démocratie, et protéger la paix dans la région », a-t-il assuré. Les États-Unis, principal fournisseur d’armes de Taipei, mais aussi l’Union européenne, ont officiellement condamné ces manœuvres.

Une « provocation flagrante » à l’égard de l’ordre international

Les manœuvres militaires menées pendant deux jours par la Chine autour de Taïwan sont une « provocation flagrante à l’égard de l’ordre international », a déclaré samedi dans un communiqué la porte-parole de la présidence taïwanaise.

L’intensité de ces exercices reste néanmoins en deçà de ceux organisés après la venue de Nancy Pelosi en août 2022. Aucun tir à balles réelles n’a par exemple été réalisé, assure le ministre de la Défense taïwanaise.

Selon les experts militaires taïwanais, la Chine chercherait à normaliser ces exercices. Des manœuvres d’ampleur pourraient désormais avoir lieu à intervalles réguliers.

A. S.