mardi 4 octobre 2022
Accueil > A la UNE > L’Algérie s’apprête à réviser des lois importantes

L’Algérie s’apprête à réviser des lois importantes

Le président du Conseil de la nation, M. Salah Goudjil, a affirmé dimanche que l’Algérie s’apprêtait à réviser des lois importantes, citant en particulier la loi sur les associations et celle relative aux Collectivités locales qui devra accorder une véritable place à la commune et aux assemblées populaires de wilaya, et permettre à la société civile de contribuer au développement local.

L’Algérie « s’apprête à réviser des lois importantes, à l’instar de la révision de la loi sur les associations qui devra séparer entre l’activité de l’association et du parti politique, et de la révision de la loi relative aux Collectivités locales qui devra accorder une véritable place à la commune et aux APW et permettre à la société civile de contribuer au développement local », a précisé M. Goudjil dans son allocution à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire ordinaire 2022-2023.

M. Goudjil a souligné, dans ce cadre, que le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune « a tenu sa promesse et tendu sa main à tous, et ce, à travers ses contacts avec les courants politiques et les personnalités, en vue de renforcer l’unité nationale et raffermir le front interne ».

A peine trois ans après l’élection du président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, « nous sommes témoins de la concrétisation successive des 54 engagements qu’il a pris devant le peuple, notamment après le renforcement de sa politique avec la Constitution de novembre 2022, devenue la référence de l’Algérie Nouvelle », a ajouté le président de la chambre haute du parlement.

« L’Algérie amorce aujourd’hui une étape où l’indépendance économique est érigée en tête des priorités », a-t-il fait observer, estimant que cette indépendance « se concrétise à travers la réalisation de l’autosuffisance et l’exploitation de tous les atouts du pays afin de conforter davantage les décisions politiques de l’Algérie et renforcer sa voix », a-t-il soutenu.

« Le président de la République a mis les points sur les i pour une lecture adéquate et précise dans tous les domaines, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, et assimilée aussi bien par les responsables que par les citoyens. Conscients du présent et de l’avenir du pays, nous ne devons pas oublier que notre Histoire constitue la source et la référence de toutes nos décisions. »

Au sujet de la mémoire nationale, M. Goudjil a plaidé pour « la constitution d’une commission nationale pour l’écriture de l’Histoire, sous forme d’instance officielle en mesure de tracer un programme pédagogique unifié pour tous les cycles d’enseignement, du fondamental à l’enseignement supérieur ».

Le président du Conseil de la nation n’a pas manqué d’évoquer les accidents de la circulation tragiques enregistrés partout dans le pays, appelant le Gouvernement à prendre les mesures appropriées pour assurer la protection des citoyens, tout en renforçant le contrôle technique périodique des autobus et des voitures.