lundi 6 février 2023
Accueil > A la UNE > Le jumelage avec le Conseil d’Etat italien vise à renforcer la gouvernance et l’Etat de droit

Le jumelage avec le Conseil d’Etat italien vise à renforcer la gouvernance et l’Etat de droit

La ministre des Relations avec le Parlement, Basma Azouar a indiqué, mardi à Alger, que le projet de jumelage entre son département ministériel et le Conseil d’Etat italien s’inscrivait dans le cadre de la politique de l’Etat visant à renforcer la gouvernance et l’Etat de droit.

Dans son allocution prononcée lors d’une conférence sur le projet de jumelage dans le domaine du « renforcement des capacités du ministère », Mme Azouar a affirmé que cette initiative « s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Gouvernement contenue dans son plan d’action concernant le renforcement de la gouvernance pour davantage de performance et d’efficacité ».

L’initiative découle « en droite ligne de la vision prospective du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, en application de ses engagements » concrétisés « sous formes de réformes visant à assoir des bases politiques efficaces d’une Algérie nouvelle ».

Lancé mi-novembre, le projet de jumelage, parrainé et financé par le programme de l’Union européenne, permettra aux cadre du ministère des Relations avec le Parlement de bénéficier, huit (8) mois durant, de l’expertise italienne dans ce domaine, a poursuivi Mme Azouar.

Le Projet qui s’articule sur deux principaux axes prévoit l’élaboration d’un guide de rédaction législative conforme aux principes, règles et normes techniques en vigueur, outre la contribution à l’amélioration de la qualité des textes juridiques.

Il prévoit également le développement du système informatique du ministère en vue de numériser et moderniser les méthodes de travail du ministère, pour une plus grande efficacité dans l’accomplissement de ses missions.

La ministre s’est félicitée du niveau « exceptionnel » des relations entre l’Algérie et l’UE, ce qui reflète « la place qu’occupe l’Algérie à l’échelle régionale et méditerranéenne », ajoutant que cette place « s’est davantage renforcée grâce à nos principes fondés sur le respect mutuel et le bon voisinage ».

Les relations algéro-italiennes ont connu « un bond qualitatif » à la faveur de la politique judicieuse du Président Tebboune et l’échange de visites des dirigeants des deux pays.

Pour le directeur général Europe au ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Mohamed El Amine Bencherif, le projet de jumelage « consolide » le partenariat UE-Algérie et dénote « la profondeur des relations avec l’un de ses principaux partenaires à l’UE, à savoir l’Italie ».

« La coopération technique est un outil permettant de renforcer les relations bilatérales entre l’Algérie et ses partenaires européens à travers des programmes de jumelage institutionnel offrant aux instances gouvernementales l’opportunité d’échanger des contacts et des expertises. » 

APS