mardi 16 juillet 2024
Accueil > A la UNE > Nécessité pour les journalistes de porter la flamme de la glorieuse guerre de libération

Nécessité pour les journalistes de porter la flamme de la glorieuse guerre de libération

Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, a insisté, samedi à Sidi Bel-Abbes, sur la nécessité pour les journalistes et les médias de porter la flamme inextinguible de la glorieuse révolution de libération nationale, à travers la préservation des acquis réalisés dans le domaine de la presse et la transmission de l’information en toute crédibilité.

Présidant en compagnie du Directeur général de la Radio nationale, Mohamed Baghali, les travaux d’une conférence ayant pour thème « La voix de l’Algérie libre, un modèle de l’information révolutionnaire engagée et de l’information de la résistance », organisée au siège de la radio de Sidi Bel-Abbes à l’occasion du 67e anniversaire de la radio « Voix de l‘Algérie libre », M. Laagab a souligné que « les médias sont tenus de jouer un rôle d’avant-garde pour la préservation de la flamme de la glorieuse révolution de libération nationale ».

« La Radio algérienne a toujours été militante, tant dans la clandestinité que dans la légalité, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays et a eu un rôle prépondérant dans l’accompagnement de la lutte armée du peuple algérien en dépit des faibles moyens dont elle disposait alors », a-t-il rappelé, ajoutant « aujourd’hui comme hier, elle doit s’adapter aux progrès technologiques et former des journalistes pour présenter un message médiatique objectif ».

Abordant les nouvelles lois encadrant le secteur de l’information et de la communication, le ministre a annoncé qu’« il sera procédé à partir du mois de janvier prochain à l’adaptation des organes d’information et des professionnels de la corporation avec les nouveautés du secteur ».

M. Laagab a, d’autre part, affirmé que « décembre est le mois de l’information par excellence, au vu des nombreux acquis durant ce mois, notamment la création du journal Echaab, de l’agence de presse APS, le lancement du satellite algérien, la création de la Radio de l’Algérie libre et la promulgation de la loi relatives à la presse écrite et électronique et à l’audiovisuel ».

De son côté, le Dg de la Radio nationale, Mohamed Baghali a évoqué les circonstances ayant marqué la création de la Radio secrète de la révolution algérienne, venue renforcer l’œuvre des moudjahidine à travers la mobilisation du peuple autour de sa révolution et sa cause, soulignant « qu’en dépit de la faiblesse des moyens et du manque d’expérience, cette radio a réussi à concrétiser l’objectif escompté, à casser l’isolement médiatique et à porter haut la voix de la glorieuse guerre de libération nationale ».

« L’expérience médiatique algérienne est un modèle unique, passant de l’information révolutionnaire à celle actuellement. Ce modèle est une copie conforme à ce qui se passe dans la bande à Ghaza montrant au monde l’image de bourreau de l’entité sioniste qui tente de paraitre vainement comme victime », a-t-il déclaré.

M. Baghali a, dans ce sens, mis en relief l’ouverture médiatique à l’ère de la liberté et de l’indépendance et le soutien de la Radio algérienne à la cause palestinienne et la couverture du combat et du militantisme du peuple palestinien en toute crédibilité.

Il a, dans ce même ordre d’idées déclaré que « l’entité sioniste a perdu la bataille médiatique tentant de convaincre l’opinion publique mondiale, devant une information honorable menée par les médias algériens et internationaux ».

Le ministre de la Communication et le Dg de la Radio nationale ont présidé l’inauguration du nouveau siège de la radio de Sidi Bel-Abbes s’étendant sur une superficie de 2.000 mètres carrés et doté notamment de 10 bureaux, d’une salle d’animation, d’une salle des conférences, ainsi que trois studios, selon les explications fournies.

M. Laagab, qui a exprimé sa satisfaction quant au choix du lieu d’implantation de cet établissement médiatique, son architecture et ses équipements, a appelé à mieux l’exploiter et à tenir des rencontres en associant les académiciens, des spécialistes, des hommes de lettres et les artistes de la région.

A cette occasion, une projection vidéo sur la Radio de l’Algérie libre a été présenté à l‘assistance qui a également suivi une cérémonie honorant les journalistes des radios locales lauréats du Prix du Président et des concours de l’excellence médiatique arabe et de Média Star.

M. B.