dimanche 5 février 2023
Accueil > A la UNE > « Qatargate » : un réseau principalement italien, exploité par le Qatar et le renseignement marocain

« Qatargate » : un réseau principalement italien, exploité par le Qatar et le renseignement marocain

Un repenti parmi les personnes arrêtées à Bruxelles dans l’affaire des pots-de-vin au Parlement européen. Devant le juge, l’Italien Francesco Giorgi a longuement décrit l’organisation dont il était un pivot : un réseau de corruption principalement italien, exploité par le gouvernement du Qatar et le service des renseignements extérieurs du Maroc. Dans ses déclarations, Francesco Giorgi proclame l’innocence de la vice-présidente grecque du Parlement européen, sa compagne Eva Kaili.

C’est un consortium de journaux qui est à l’origine des révélations. Il y a cinq mois, le renseignement belge, aidé par d’autres services européens, apprend l’existence de ce « réseau » travaillant « pour le compte » du Maroc et du Qatar. Selon le parquet de Bruxelles, chaque geste visait à mener une « activité d’ingérence » au siège de l’UE et aux postes clés des institutions européennes, en particulier au Parlement. Le Qatar n’avait pas les mêmes objectifs que le Maroc : il s’intéressait principalement à l’image du pays en matière de droits civils.

Le parquet fédéral de Belgique n’infirme pas ces nouvelles révélations, « nous respectons le secret de l’instruction » souligne le porte-parole du parquet. Ce qui est aussi une façon de dire que La Repubblica en Italie, et en Belgique le francophone Le Soir et le Flamand Knack, ne respectent pas eux le secret de l’instruction. Le journal La Repubblica rapporte, ce jeudi matin, la confession détaillée de Francesco Giorgi, depuis treize ans assistant dévoué d’Antonio Panzeri, ancien syndicaliste et parlementaire européen, fondateur d’une ONG de défense des droits humains. Panzeri est, pour les enquêteurs belges, le chef du réseau de corruption mis en place à Bruxelles.

Deux parlementaires européens impliqués

Selon Giorgi, pour influencer les décisions de l’Europe sur le Sahara occidental et le contrôle des flux de migrants – le Maroc souhaite que l’UE ne fasse pas obstacle à l’occupation de ce territoire et avoir moins de problèmes à propos des flux migratoires –, Giorgi et Panzeri étaient en contact avec trois personnes dont l’ambassadeur du Maroc en Pologne et le directeur des renseignements extérieurs du royaume. Pour promouvoir à Bruxelles l’image du Qatar, ils étaient directement en affaires avec le ministre qatarien du Travail.

Giorgi soupçonne ou accuse deux parlementaires européens de faire partie du réseau, ainsi qu’un autre Italien dirigeant d’une autre ONG proche de l’institution. L’argent des corrupteurs était versé via les ONG ou directement en liquide.

Un système plus grand que lui, dit le compagnon de la vice-présidente Eva Kaili dont il demande au juge la libération, en échange de sa totale collaboration.

Des zones d’ombres apparaissent cependant immédiatement.  D’abord à qui tout le liquide retrouvé à Bruxelles était-il destiné ? Et pourquoi à ce compte-là le père d’Eva Kaili a-t-il été appréhendé à Bruxelles avec plusieurs centaines de milliers d’Euros dans sa valise ?

M. B.