dimanche 27 novembre 2022
Accueil > A la UNE > Santé de la mère et de l’enfant : les efforts de l’Algérie salués

Santé de la mère et de l’enfant : les efforts de l’Algérie salués

La représentante du Fond des Nations unies pour la population (UNFPA), Faiza Bendris a salué, jeudi à Alger, les efforts consentis par l’Algérie pour la réduction des décès maternels et néonatals, et l’amélioration de la santé reproductive.

Mme Bendris intervenait lors d’une journée d’information organisée par l’UNFPA en coordination avec le ministère de la Santé sur les engagements de l’Algérie à la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD25).

La représentant de l’UNFPA a affirmé, dans ce cadre, que l’Algérie s’était engagée, à l’instar de nombreux pays, à réduire les décès maternels (DM) et néonatals (DN) évitables d’ici 2030, à moins de 20 DM/ 100.000 naissances vivantes et à moins de 10 DN/1000 NV, dans le cadre de la réalisation Objectifs de développement durable (ODD).

Elle a expliqué, à ce titre, que 70% de cas d’hémorragie chez les femmes enceintes à travers le monde peuvent être évités si les services de santé des Etats venaient à fournir davantage d’efforts.

Mme Badia Hadouch, chargée des programmes au Fond des Nations unies pour la population, a passé en revue, pour sa part, les différentes conférences relatives à l’habitat depuis la création de la Société des nations à ce jour, relevant que les conférences internationales se sont concentrées sur la nécessité d’intégrer l’élément humain pour réaliser le développement, et insisté sur la prise en compte du développement démographique.

Intervenant à l’occasion, Mme Boukhaoui Nassira, sous-directrice au ministère de la Santé, a rappelé les mécanismes mis en place par l’Algérie en vue de l’application et du suivi des recommandations de la Conférence internationale sur la Population et le développement (CIPD) tenue au Caire en 1994. Elle citera, dans ce contexte, la création d’une direction de la Population au niveau du ministre de la Santé, la mise en place d’une commission nationale de la population, et la Commission nationale de la santé reproductive et de la planification familiale.

Nadia Djeraoun, sous-directrice au même ministre, a mis en exergue, elle, les réalisations accomplies par l’Algérie en faveur de la santé de la mère et de l’enfant. Ces réalisations ont permis, a-t-elle souligné, la réduction des DM à 48.5/100.000 naissances vivantes en 2019.  Ce chiffre est appelé, grâce aux efforts et à l’engagement du Gouvernement à la réalisation des ODD 2030, à reculer 20 DM/100.000 naissances vivantes.

Le directeur de la Population au ministère de la Santé, Amor Ouali, a fait savoir que le 6e Recensement Général de la Population et l’Habitat (RGPH), prévu du 25 septembre au 9 octobre 2022, allait prendre en considération la question des décès maternels, ce qui permettra d’obtenir de nouvelles données en la matière.