mardi 4 octobre 2022
Accueil > A la UNE > Scandale en plein vol d’Air France : deux pilotes suspendus

Scandale en plein vol d’Air France : deux pilotes suspendus

Deux pilotes de la compagnie aérienne française, Air France ont été suspendus après s’être bagarrés en plein vol. Cette décision qui était prévisible a été annoncée dimanche 28 août par les responsables du pavillon français qui a été accablé dernièrement pour non-respect des normes de sécurité. 

L’affaire fait le buzz depuis quelques jours sur les réseaux sociaux. Ces faits qui ont été révélés par le journal français La tribune le 27 août dernier, remontent au mois de juin dernier. Les deux copilotes assuraient la liaison Genève-Paris à bord d’un Airbus A320.

Quelques instants après le décollage de l’appareil, une dispute s’est éclatée entre les deux employés pour un différend qui n’a pas été révélé. Les choses se sont empirées entre les deux hommes qui sont arrivés aux mains après que l’un d’eux ait bousculé l’autre. Selon la même source, les deux protagonistes se sont échangé des coups. Il a fallu l’intervention des autres membres de l’équipage en cabine pour les séparer.

Un autre incident qui accable Air France

Cette bagarre n’a pas impacté le vol qui s’est déroulé comme si de rien n’était. Cela dit, l’incident n’est pas passé sans suite. Des mesures disciplinaires ont été en effet, décidées contre les deux pilotes qui ont été suspendus par la compagnie aérienne.

La nouvelle de la suspension a été prise le lendemain de la bagarre, a indiqué dimanche 28 août une source d’Air France citée par plusieurs sources médiatiques française. Cet incident intervient, faut-il le signaler quelques jours après la publication d’un rapport accablant du Bureau d’enquêtes et d’analyses pour la sécurité de l’aviation civile (BEA). Ce dernier reproche à la compagnie française le non-respect des normes de sécurité.

« Une certaine culture installée chez certains équipages d’Air France qui favorise une propension à sous-estimer l’apport d’une application stricte des procédures pour la sécurité», a écrit notamment le BEA dans son rapport.

M B.