jeudi 18 juillet 2024
Accueil > A la UNE > Signature d’un accord-cadre entre la CAAT et l’OADI

Signature d’un accord-cadre entre la CAAT et l’OADI

Un accord-cadre a été signé, mardi à Alger, entre la Compagnie algérienne des assurances (CAAT) et l’Organisation algérienne pour le développement de l’investissement (OADI) en vue d’accompagner les investisseurs membres de l’organisation en leur proposant divers services d’assurance.

En vertu de ce nouvel accord, signé par le PDG de la CAAT, Nacer Sais, et le président de l’OADI, Fayçal Amari, au siège de la compagnie d’assurance, cette dernière fournira aux investisseurs membres de l’OADI des offres d’assurance complètes et adaptées à leurs besoins à des conditions préférentielles, incluant « la couverture des risques de base, l’assurance de divers secteurs économiques et la protection des biens ».

A cette occasion, M. Sais a affirmé que son établissement œuvrera, à travers cet accord, à « assurer la couverture d’un maximum de risques auxquels sont confrontés les investisseurs, en vue de faciliter le travail des membres de l’OADI ». « L’opération d’investissement n’est pas sans risques, d’où l’importance de l’accompagnement et du soutien », a-t-il soutenu.

Dans une déclaration à la presse, il a d’ailleurs expliqué que l’accord visait à accompagner les investisseurs dans les différentes étapes de leurs projets, notamment en ce qui concerne la gestion des risques, ajoutant que l’accord permettra également d’assurer les sociétés et les banques qui les financent dans tous les secteurs (agriculture, industrie, start-up, etc.), y compris pour l’importation d’équipements et de matériel.

De son côté, M. Amari a souligné que « l’objectif de l’accord est de participer à la nouvelle dynamique économique que connaît le pays et qui encourage de nouvelles sociétés à se lancer dans l’investissement », assurant que son organisation « compte appuyer les investisseurs algériens » sur la base du principe gagnant-gagnant.

L’OADI regroupe plus de 600 investisseurs, dont une majorité des PME, à travers 15 wilayas, a-t-il indiqué, précisant qu’elle s’employait à élargir sa représentation à d’autres wilayas et à drainer de nouveaux membres.

M. B.