vendredi 30 septembre 2022
Accueil > A la UNE > « Teddi Wash Yketeb Moulana », un album de Benamar Brahmi rappelant la nécessité de donner un sens à sa vie

« Teddi Wash Yketeb Moulana », un album de Benamar Brahmi rappelant la nécessité de donner un sens à sa vie

L’auteur, compositeur et interprète Benamar Brahmi présente dans, « Teddi Wash Yketeb Moulana », un album conçu dans le genre chaâbi-moderne, une dizaine de thématiques qui rappellent la nécessité de donner un sens à sa vie, par le respect des valeurs ancestrales et spirituelles, garantes de droiture et de l’accomplissement de soi.

Production intelligente aux contenus utiles sortie sous le label des éditions Ostowana, ce premier opus de l’artiste, conçu dans un ton d’interprétation vocale ghernati et une orchestration qui se distingue d’authenticité par les sonorités denses des instruments à cordes, se laisse frotter avec plusieurs autres formes rythmiques, dont le diwan, le falk, la Country Music, ou encore le tindi, ce qui a ouvert le champ aux sonorités d’autres instruments comme la guitare et le piano électriques, banjo, oud, batterie, karkabous, clochettes et flûte.

Le titre phare de l’album, « Teddi Wash Yketeb Moulana » est appuyé par, « Lahnine », qui évoque le rôle prépondérant des parents et de toutes les personnes qui prêchent la bonne parole destinée aux enfants à travers les apprentissages scolastiques et humanistes.

Restituant en duo avec Kamel Amara dans, « Lektab », la sacralité du Saint Coran et son rôle qui « unit les êtres », Benamar Brahmi aborde dans cet opus de nombreuses thématiques sociales comme l’addiction à la drogue, un fléau qui détruit toute possibilité de projet de vie équilibrée.

Artiste polyvalent, amoureux des langues, de la poésie et des arts de la scène, Benamar Brahmi est un acteur de la culture, de par sa passion pour la poésie, la musique, et le patrimoine.

Pleinement investi dans la richesse et la diversité du patrimoine culturel algérien, et celui de la région de Tlemcen en particulier, il a intégré l’Ensemble « El Mouahidia » de musique andalouse et mettra à la disposition de ce collectif des textes inédits, entre q’cid et noubas, fruit de recherches antécédentes dans les archives de ce genre classique pour signer quelques année plus tard, en 2008, ses premiers textes lyriques.

Lors du dernier Salon international du livre d’Alger, il a également présenté un recueils de poésie dédié au Melhoune sous le titre « Les perles du melhoune », et qui compte plus de 70 poèmes de différentes époques.

M. B.