mercredi 7 décembre 2022
Accueil > A la UNE > Vladimir Poutine accorde la nationalité russe au lanceur d’alerte Edward Snowden

Vladimir Poutine accorde la nationalité russe au lanceur d’alerte Edward Snowden

Le président Vladimir Poutine a accordé la nationalité russe au lanceur d’alerte et ancien employé de la NSA américaine Edward Snowden, réfugié en Russie depuis 2013 après avoir quitté les États-Unis, selon un décret publié ce lundi.

Le nom de d’Edward Snowden apparaît aux côtés de dizaines d’autres dans un décret publié sur le site du gouvernement russe. Âge de 39 ans, il est recherché par les États-Unis pour avoir transmis à la presse des dizaines de milliers de documents de l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) prouvant l’ampleur de la surveillance électronique exercée par Washington. Ces révélations avaient alors suscité de très fortes tensions entre les États-Unis et leurs alliés, et la décision des autorités russes de lui accorder un permis de séjour avait provoqué la colère de Washington.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a précisé à l’agence Ria Novosti que la nationalité russe avait été accordée à Edward Snowden à sa propre demande.

Pas concerné par l’ordre de mobilisation

L’avocat russe du lanceur d’alerte, Anatoli Koutcherena, a pour sa part indiqué qu’Edward Snowden ne serait pas concerné par l’ordre de mobilisation pour l’offensive en Ukraine, décrété par Vladimir Poutine la semaine dernière pour certaines catégories de Russes. « Il n’a pas servi dans l’armée russe et par conséquent, selon notre législation actuelle, il n’entre pas dans cette catégorie de citoyens qui sont maintenant appelés », a-t-il déclaré à l’agence Ria Novosti.

Selon lui, la compagne d’Edward Snowden, Lindsay Mills, a également demandé à recevoir la nationalité russe et leur fille la possède déjà, étant née en Russie.

Edward Snowden, privé de son passeport américain sur demande de Washington, s’était retrouvé à Moscou en mai 2013 après y être arrivé depuis Hong Kong et dans l’intention de trouver refuge en Amérique latine. Il s’était finalement retrouvé bloqué en Russie, où il a obtenu l’asile.

M. B.