dimanche 27 novembre 2022
Accueil > A la UNE > Washington annonce de nouvelles ventes d’armes à Taïwan pour 1,1 milliard de dollars

Washington annonce de nouvelles ventes d’armes à Taïwan pour 1,1 milliard de dollars

Les États-Unis ont annoncé vendredi 2 septembre une nouvelle série de ventes d’armement à Taïwan, pour 1,1 milliard de dollars au total, alors que les tensions sont au plus haut avec la Chine qui considère l’île comme une partie de son territoire.

 Le gouvernement américain a approuvé la vente à Taipei de 60 missiles Harpoon pour 355 millions de dollars, de 100 missiles tactiques Sidewinder pour 85,6 millions et d’un contrat de maintenance du système de radars de Taïwan évalué à 665 millions, a précisé le département d’État dans un communiqué.

Ces transactions « servent les intérêts économiques et de sécurité nationale des États-Unis en soutenant les efforts (de Taïwan) de moderniser ses forces armées », a souligné la diplomatie américaine via un porte-parole.

Depuis 2010, les États-Unis ont informé le Congrès de plus de 35 milliards de dollars de vente d’armes à Taïwan, a indiqué un porte-parole du département d’État, qui a approuvé ces transactions.

Pour se concrétiser, ces ventes doivent recevoir l’aval du Congrès, qui est quasiment acquis, le soutien militaire à Taïwan bénéficiant d’un large soutien parmi les élus des deux bords.

Ces ventes d’armes sont « essentielles pour la sécurité de Taïwan et nous continuerons à œuvrer avec l’industrie de défense pour soutenir cet objectif », a ajouté le porte-parole du département d’État.

« Nous appelons Pékin à mettre fin à ses pressions militaires, diplomatiques et économiques sur Taïwan et à engager plutôt un dialogue » avec Taipei, a-t-il poursuivi. « Les États-Unis continuent de soutenir un règlement pacifique de la question, conformément aux vœux et dans l’intérêt du peuple taïwanais », a-t-il conclu.

Pékin n’a pas tardé à réagir, exigeant que Washington annule cette vente d’armes. Cette dernière intervient un mois après une visite à Taïwan de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi, qui avait provoqué la fureur de Pékin. La Chine avait alors lancé les plus importantes manœuvres militaires de son histoire autour de l’île.

M. B.