dimanche 27 novembre 2022
Accueil > A la UNE > La BCE relève ses taux de 0,75 point, la plus forte hausse dans l’histoire de l’institution

La BCE relève ses taux de 0,75 point, la plus forte hausse dans l’histoire de l’institution

La Banque centrale européenne a relevé jeudi ses principaux taux directeurs de 0,75 point, la plus forte hausse dans l’histoire de l’institution face à la flambée de l’inflation en zone euro. Après avoir mis fin, en juillet, à l’ère des taux négatifs, les gardiens de l’Euro ont relevé le principal taux d’intérêt à 1,25%, malgré les craintes sur la croissance. Le taux taxant une partie des liquidités bancaires non distribuées en crédit remonte de zéro à 0,75%.

Le Conseil des gouverneurs de l’institut monétaire a décidé de relever les taux directeurs de 75 points de base, une première en deux décennies d’existence, hormis un ajustement technique en 1999. Servant de référence dans un contexte de liquidités abondantes, le taux sur les dépôts bancaires à la BCE, ramené de -0,5% à 0% en juillet, passe ainsi à 0,75%. Les deux autres taux directeurs, celui appliqué aux banques sur les opérations de refinancement sur plusieurs semaines et celui visant la facilité de prêt marginal au jour le jour, passent eux respectivement à 1,25% et 1,50%. Des hausses de taux doivent favoriser l’épargne et réduire la consommation, pour abaisser la pression sur les prix.

En juillet, la BCE avait eu la main ferme en annonçant par surprise une hausse de 50 points de base, quand 25 points étaient attendus. Cette première hausse en plus de dix ans est intervenue après une longue période d’argent pas cher qui a permis de stimuler l’économie. La promesse était alors d’en faire autant en septembre, à moins que les tensions inflationnistes refluent. Or, les prix ont grimpé en août à un niveau record de 9,1% sur un an en zone euro, très au-dessus du taux de 2% visé par la BCE et la poussant jeudi à envoyer un signal fort. Les nouvelles tensions des prix de l’énergie depuis l’arrêt complet de la livraison de gaz russe vers l’Europe présagent même d’une inflation à deux chiffres à l’automne.

Les risques pour les pays du sud de l’Europe 

À la BCE, le débat était dur, certains parmi les gardiens de l’euro ayant exprimé leur inquiétude quant au risque d’une normalisation excessivement rapide. Elle pourrait en effet entrainer des écarts trop grands entre les taux des différents pays, notamment les pays du sud de l’Europe.

Ces pays empruntent sur les marchés à des taux élevés, avec un effet négatif sur leurs dettes publiques. Et pour empêcher que ces dettes ne soient l’objet de spéculations, la BCE devra intervenir sur les marchés.

La décision de la BCE de procéder jeudi à une hausse inédite de ses taux d’intérêt de 75 points de base a été prise à l’unanimité du conseil des gouverneurs, signalant la détermination de l’institution à combattre l’inflation : « Nous avons eu différents points de vue autour de la table, une discussion approfondie, mais le résultat de nos discussions a été une décision unanime », a déclaré Christine Lagarde lors de la conférence suivant la réunion de politique monétaire. « Pour ceux qui répètent sans cesse que la BCE est à la traîne, je soutiens que nous sommes sur un chemin qui a commencé en décembre », a-t-elle ajouté.

M. B.